Après les attentats de Paris, les cabarets ne sont pas à la fête

Après les attentats de Paris, les cabarets ne sont pas à la fête

DirectLCI
GUEULE DE BOIS - L’effet a été immédiat : les attentats de Paris ont entrainé une chute de la fréquentation touristique, tout comme celle des salles de spectacles, des cafés, des restaurants, mais aussi… des cabarets parisiens. Exemple avec le Moulin Rouge, où l’on fait preuve de détermination.

"A Paris chaque nuit, Fé-erie/Dans la brume tous s'allume, Fé-erie/Paris n'a pas sommeil, alors il se réveille et il s'invente des soleils/C'est Féerique !" A Pigalle, les lumières clignotent toujours, les danseuses animées… Mais au Moulin Rouge, la salle s’est un peu vidée.

Les cabarets parisiens sont en effet des victimes collatérales des attentats du 13 novembre. Chute des réservations, annulations… "On a vu l’effet du jour au lendemain", reconnaît Jean-Luc Pehau-Ricau, directement communication du Moulin Rouge . "Cela a été flagrant la semaine qui a suivi les attentats : des entreprises ont annulé leurs événements, une partie de touristes étrangers nous ont annoncé qu’ils annulaient leurs séjours en France. On a eu des demandes de report, et même des annulations pour le printemps."

"On n'atteindra pas les chiffres de l'an dernier"

La clientèle de l’établissement est mixte, mêlant des touristes étrangers et des Français venus en goguette. Entre annulations de tour opérator pour raisons de sécurité, le fait que les Parisiens sortent moins, ajouté peut être à la peur des salles obscures, confinées… Chacun a ses raisons. "C’est très subjectif, chacun réagit selon son propre affect après les attentats", estime Jean-Luc Pehau-Ricau.

En tout cas, ça se voit dans la salle : "D’habitude, à cette période de l’année, nous affichons des taux de remplissage de 97-98%", explique le directeur. "On était très bien parti en 2015, c’était la meilleure de l’histoire du cabaret en termes de fréquentation. Là, on a baissé de 30%." La fin d’année fait ordinairement partie des périodes où "on est sûr de remplir". Mais là, si une amélioration commence à se profiler, il reste des places. "Après, on ne peut rien prédire, car souvent comme pour le réveillon, les gens réservent de plus en plus au dernier moment. Mais je ne pense qu’on n'atteindra pas les chiffres de l’an dernier."

Pourtant, l’équipe du Moulin Rouge céder au pessimisme. "On n’a encore jamais eu de salle vide, mais quand on est habitué à avoir du 100% tous les soirs… ", soupire Jean-Luc Pehau-Ricau. Comme les autres, la salle de spectacle a renforcé sa sécurité. "On a énormément communiqué sur nos mesures supplémentaires auprès de nos clients : personnel en plus, ouverture des sacs, détecteurs de métaux… Cela les a beaucoup rassurés." Le cabaret fait aussi partie de l’ opération "Ma place est dans la salle" , qui commence ce vendredi et vise à inciter le public à sortir, via notamment une campagne d’affichage sur les visuels des spectacles proposés et sur les réseaux sociaux. "Rien ne pourra nous empêcher de continuer à vivre des émotions dans les salles de spectacle, il faut continuer à vivre, à sortir. Mais on sait que les attentats n’ont eu lieu qu’il y a un mois, et qu’on est toujours en état d’urgence."

A LIRE AUSSI >> Les attentats du 13 novembre font fléchir la croissance au 4e trimestre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter