Assassinat d'Agnès Marin : Matthieu jugé en appel

Assassinat d'Agnès Marin : Matthieu jugé en appel

JUSTICE - Condamné à la perpétuité en première instance, le violeur et meurtrier d'Agnès Marin, une jeune collégienne dont le corps avait été retrouvé carbonisé dans une forêt de Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) en 2011, est rejugé à partir de lundi devant les assises de Riom (Puy-de-Dôme).

En juin 2013, Matthieu était condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et l'assassinat en 2011 d'Agnès Marin, 13 ans. Un verdict rarissime qui n'avait été jusque-là prononcé qu'une seule fois à l'encontre d'un mineur, Patrick Dils. Le jeune homme de 17 ans avait alors fait appel. Lundi, il sera à nouveau jugé devant les assises de Riom (Puy-de-Dôme).

Récidive et manquement

A l'époque des faits, Matthieu avait intégré le collège Cévenol, après quatre mois de détention provisoire pour le viol sous la menace d'une arme d'une jeune fille de 15 ans dans le Gard. Selon un scénario quasi similaire, il avait entraîné Agnès, également pensionnaire de l'établissement, dans une forêt du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). Le jeune homme, qui était allé jusqu'à participer aux recherches après le signalement de sa disparition, avait rapidement été placé en garde à vue. Le lendemain, il craquait et conduisait les enquêteurs jusqu'au corps carbonisé de sa victime. L'autopsie dénombrera dix-sept coups de couteau dans le thorax et à la tête. Son ADN sera également retrouvé dans une tache de sang.

Une nouvelle fois, la personnalité de Matthieu, accro aux stupéfiants et aux jeux vidéo et qualifié par les experts de garçon "aux traits pervers très actifs et effrayants", sera au cœur des débats. Tout comme les failles du contrôle judiciaire strict assuré par la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) du Gard. Un pédopsychiatre montpelliérain avait en effet conclu à la non-dangerosité de Matthieu qui avait été alors jugé apte à intégrer cet internat protestant, dont l'encadrement avait ensuite été pointé du doigt. Les dirigeants de l'établissement, qui a depuis fermé, ont toujours affirmé ne pas avoir eu connaissance de la nature exacte des faits reprochés à Matthieu. Le verdict est attendu le 10 octobre.


 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Un rappel vaccinal pour le Covid-19 tous les ans ? "Personne ne sait" mais "c'est plausible", selon Alain Fischer

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.