Attaque au commissariat de Joué-lès-Tours : faut-il craindre d’autres actes isolés ?

Attaque au commissariat de Joué-lès-Tours : faut-il craindre d’autres actes isolés ?
SOCIÉTÉ

INQUIETUDE – Les policiers craignent de nouvelles attaques isolées d'individus "fanatisées", après l'agression de leurs collègues à Joué-lès-Tours (37), samedi. Et demandent un renfort des effectifs ainsi qu'une sécurisation accrue des commissariats.

Une attaque qui pose question. Au lendemain de l’agression de trois policiers dans un commissariat de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire, par un jeune récemment converti à l’Islam et abattu par les forces de l’ordre, les policiers doivent-ils redouter des attaques similaires ? "Il ne faut pas céder à la psychose ou à la paranoïa, mais il y a une crainte qui existe, révèle Mohamed Douhane, du syndicat Synergie officiers. Nous sommes dans un contexte particulier où des mouvements terroristes ont appelé à perpétrer des actes contre les représentants de l’ordre public." Des appels qui peuvent se traduire par des passages à l’acte chez des personnes "fanatisées", précise le policier, contacté par metronews.

LIRE AUSSI >>  Joué-lès-Tours : abattu après avoir attaqué des policiers au couteau dans un commissariat

Les motivations de l'agresseur de Joué-lès-Tours sont encore floues. Cependant, la piste d'un islamiste radical a été évoquée peu après l'agression. Bertrand N. affichait en effet le drapeau de l'Etat islamique comme photo de couverture sur Facebook et possédait une chaîne Youtube où il publiait des vidéos liées à l'islam radical. Toutefois, "il semblerait [qu’il] n'ait pas été pour l'instant identifié en raison de son implication dans des activités à caractère terroriste, il n'était pas fiché pour ces activités", a assuré Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur.

Le drame de Londres en 2013

Et c'est justement ce qui peut inquiéter dans les rangs policiers, où l'on craint de devenir des cibles toutes désignées de djihadistes isolés. Samedi, le syndicat Alliance a ainsi appelé à  une révision des conditions de la légitime défense  pour les policiers. De son côté, Synergie demande un renfort des effectifs de police et une sécurisation accrue des commissariats.

EN SAVOIR + >>  Qui était Bertrand N., l'homme qui a attaqué un commissariat à Joué-lès-Tours ?

"Aujourd'hui, la menace terroriste s’exprime autant sinon davantage par des individus isolés, fanatisés que des groupes structurés, insiste Mohamed Douhane. Avec déjà des précédents : en mai 2013, Alexandre D. agressait un militaire à la Défense à l’arme blanche, dans une réplique d'un autre acte criminel survenu quelques jours plus tôt de l'autre côté de la Manche. En plein centre de Londres, deux islamistes radicaux avaient tué de sang froid un soldat britannique. Un militaire que ses bourreaux considéraient comme symbole de "l'invasion" occidentale en Afghanistan.

EN SAVOIR + >> Le frère de l'agresseur de Joué-lès-Tours arrêté au Burundi

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent