Attaques en série : comment les mesures de sécurité vont être renforcées

Attaques en série : comment les mesures de sécurité vont être renforcées

TERRORISME - Manuel Valls a annoncé ce mardi que les effectifs des patrouilles Vigipirate seront augmentés pendant la période des fêtes, après les événements de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes. Dans le même temps, la police nationale prend des mesures pour renforcer la sécurité de ses agents.

Davantage de patrouilles militaires pour protéger les citoyens. Et davantage de policiers pour protéger les commissariats. François Hollande a appelé ce mardi les autorités à la "vigilance" après les événements de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes, même si ceux-ci n'ont selon lui "pas de lien entre eux en apparence", seul le premier ayant "pour l'instant" un "caractère" terroriste. Manuel Valls, à l'issue d'une réunion ministérielle consacrée à ces attaques, ainsi que la police nationale, dans une note interne qui répond en particulier à l'agression au commissariat de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) samedi, ont dans le même temps pris des mesures. Metronews fait le point.

LIRE AUSSI >> Qui est l'homme qui a blessé dix personnes au marché de Noël de Nantes ?

"200 à 300 militaires supplémentaires"

Actuellement, 780 militaires patrouillent dans le cadre du plan anti-terroriste Vigipirate. "200 à 300 militaires supplémentaires seront déployés dans les heures qui viennent", a annoncé Manuel Valls. Les patrouilles "seront dirigées en priorité vers les points de haute fréquentation : zones commerciales, centres-villes, gares et réseaux de transport", a précisé le Premier ministre. Qui se rendra dans l'après-midi avec son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Nantes, où un automobiliste a blessé lundi 10 personnes en fonçant sur un marché de Noël bondé.

Les policiers armés en permanence

La direction de la sécurité publique de la police nationale (DCSP), elle, donne des instructions pour renforcer la sécurité de ses personnels, directement pris pour cible par l'agresseur au couteau de Joué-les-Tours. Sa note interne invite notamment les policiers à porter leurs armes de service - en s'assurant qu'elles "ne puissent leur être arrachées" - et leurs gilets pare-balles en permanence, même au sein des commissariats.

LIRE AUSSI >> Attaque de Joué-lès-Tours : faut-il craindre d’autres actes isolés ?


A l'entrée de ceux-ci dans les grandes villes, un agent sera par ailleurs désormais dédié "à la surveillance et au filtrage des personnes se présentant à l'accueil". "Dans les centres ne pouvant dédier spécialement un fonctionnaire à cette mission", c'est "le chef de poste ou son adjoint" qui seront chargés d'effectuer une surveillance "du public présent". Les petits postes de police, eux, seront fermés et ouverts sur demande des personnes se présentant à l'accueil.

Enfin, les patrouilles de police seront réalisées de "manière visible dans les lieux de forte affluence et notamment dans les gares et les lieux dédiés aux transports en commun, lieux propices à des attaques isolées à l’encontre de personnels de police". Des mesures "applicables jusqu'à nouvel ordre", conclut la note.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Covid-19 : le Dr Fauci "quasiment certain" que le variant Omicron n'est pas plus grave que le Delta

VIDÉO - Explosion à Sanary-sur-Mer : l'émotion des amis de la victime et des personnes toujours recherchées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.