Attentats à Paris : les enfants des victimes seront faits Pupilles de la Nation

Attentats à Paris : les enfants des victimes seront faits Pupilles de la Nation

DISTINCTION – Les filles et garçons des victimes des attaques survenues entre les 7 et 9 janvier à Paris seront faits Pupilles de la Nation. Ces jeunes, âgés de moins de 21 ans, bénéficieront d'un soutien moral et financier de la part de l'Etat.

Ils sont 20, âgés de moins de 21 ans. Les enfants des victimes des attentats survenus à Paris entre les 7 et le 9 janvier seront faits Pupilles de la Nation, selon une information RTL .

"La qualité de pupille de la Nation offre aux enfants et jeunes gens qui la reçoivent une protection supplémentaire et particulière, en complément de celle exercée par leurs familles, précise l' Office national des anciens combattants et victimes de guerre . Elle ne les place nullement sous la responsabilité exclusive de l'Etat. Les familles et les tuteurs conservent le plein exercice de leurs droits et notamment, le libre choix des moyens d'éducation".

Début du XXe siècle

Plusieurs catégories de personnes peuvent bénéficier du statut de Pupilles de la Nation, notamment "les orphelins de moins de 21 ans dont le père, la mère ou le soutien de famille a été tué à l'ennemi (ou sur un théâtre d’opérations extérieures ou lors d'un attentat terroriste commis depuis le 1er janvier 1982)" ajoute l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre.

Le statut de Pupille de la Nation a été instauré après la loi du du 24 juillet 1917 .

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur les événements tragiques survenus à Paris début janvier

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Thomas Pesquet vers l'ISS : la capsule Crew Dragon est en orbite autour de la Terre

Qui pourra rouvrir en mai ? Les certitudes et les inconnues du calendrier du déconfinement

EN DIRECT - Les bénéfices du vaccin AstraZeneca augmentent avec l'âge, selon l'EMA

VIDÉO - "J'avais les yeux plein de larmes" : regardez l'interview d'Anne Mottet, la compagne de Thomas Pesquet

Fin des vacances scolaires : y aura-t-il une tolérance pour les déplacements le week-end des 24 et 25 avril ?

Lire et commenter