Attentats de janvier 2015 : six ans après, des commémorations en comité restreint

Attentats de janvier 2015 : six ans après, des commémorations en comité restreint

HOMMAGE - Le ministre de l'Intérieur et la maire de Paris notamment se sont recueillis devant les anciens de locaux de Charlie Hebdo et à l'Hyper Cacher.

Sécurité et virus oblige, ils ont été peu nombreux à se retrouver ce 7 janvier, devant deux sites attaqués en 2015.

Six ans après, des hommages sobres et en comité restreint ont été rendus jeudi matin à Paris aux victimes des attaques de janvier 2015 à Charlie Hebdo et à l'Hyper Cacher. 17 personnes ont perdu la vie entre le 7 janvier 2015 et le 9 janvier 2015 sur différents sites visés par des terroristes.

Il s'agit de la première cérémonie de commémoration des attaques de janvier 2015 depuis le verdict rendu par la cour d'assises spéciale de Paris mi-décembre, qui a prononcé des peines de quatre ans de prison à la perpétuité contre treize personnes reconnues coupables d'avoir assisté les auteurs. 

Une vingtaine de personnalités, dont le directeur de Charlie Hebdo, Riss, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, la maire de Paris Anne Hidalgo, François Hollande, président au moment des attentats, et des représentants des cultes ont pris part à ces courts hommages marqués par des minutes de silence et dépôts de gerbes, et ponctués de "Marseillaise".

Dessinateurs, journalistes, policier, anonymes

Le cortège s'est d'abord rassemblé vers 11h rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo où, à la même heure et six ans plus tôt jour pour jour, les frères Saïd et Cherif Kouachi avaient froidement abattu 11 personnes, dont des figures emblématiques du journal comme le directeur et dessinateur Charb, les caricaturistes Cabu, Wolinksi, Honoré, Tignous, l'économiste Bernard Maris ou la chroniqueuse et médecin psychiatre Elsa Cayat.

"Le temps passe, l’émotion reste intacte. Hommage aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo, tombées sous les tirs de la barbarie islamiste. Pour leurs familles, pour nos valeurs, pour notre liberté, pour la France : n’oublions jamais", a tweeté Gérald Darmanin.

Le cortège s'est ensuite recueilli un peu plus loin, boulevard Richard-Lenoir, où les deux assaillants, venus "venger le prophète" Mahomet qui avait été caricaturé dans Charlie Hebdo, ont tué leur 12e victime, un policier, Ahmed Merabet, avant de prendre la fuite. 

Les hommages se sont achevés peu avant midi au magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, où ont été égrenés les noms des quatre victimes - un employé et trois clients - tuées le 9 janvier par Amédy Coulibaly, qui était en lien avec les Kouachi et sera abattu dans l'assaut des forces de l'ordre.

Les auteurs des attentats ont été tués le 9 janvier 2015 : les frères Saïd et Chérif Kouachi à l'imprimerie de Dammartin-en-Goêle, et Amédy Coulibaly devant l'Hyper cacher.  

Quatorze personnes, soupçonnées de les avoir aidés, ont été jugées du 2 septembre au 16 décembre après ces attentats, dont trois en leur absence : Hayat Boumeddiene qui serait en Syrie, les frères Belhoucine qui seraient morts (sans confirmation officielle). 

Deux des accusés ont fait appel de leur condamnation : Ali Riza Polat et Amar Ramdani. Ali Riza Polat avait annoncé par la voix de son avocate, dès l'énoncé du verdict de la cour d'assises spéciale de Paris le 16 décembre, qu'il allait faire appel de sa condamnation à trente ans de réclusion criminelle pour "complicité" des crimes terroristes commis par les frères Saïd et Chérif Kouachi et Amédy Coulibaly.  Amar Ramdani, condamné lui à vingt ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, a également fait appel, a indiqué il y a quelques jours une source judiciaire. 

Lire aussi

Le procès en appel de ces deux hommes ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois. 

Sur le même sujet

Lire et commenter