Attentats de Paris : comment fonctionne l’aide attribuée par la ville aux commerces touchés ?

Attentats de Paris : comment fonctionne l’aide attribuée par la ville aux commerces touchés ?

DirectLCI
DÉGÂTS MATÉRIELS - Le Conseil de Paris a adopté lundi des aides exceptionnelles de 40 000 euros pour chaque commerce ayant subi des dommages matériels durant les attentats, pour un total de 600 000 euros. 15 commerces sont directement touchés. Le point.

Les dégâts sont humains. Ils sont aussi matériels. Pour soutenir les commerces touchés par les attentats du vendredi 13 novembre, le Conseil de Paris a voté lundi 23 novembre des mesures exceptionnelles. Metronews fait le point.

15 établissements, cafés, ont été directement touchés par les attentats, dans les 10e et 11e arrondissements de Paris, et déplorent d’importants dégâts matériels. Chacun d’entre eux va recevoir une aide de 40.000 euros, soit une enveloppe totale de 600.000 euros débloquée par la Ville. Ceci pour "contribuer au financement des travaux nécessaires à leur réouverture et à la compensation de leurs jours de cessation d’activité". Les établissements concernés sont : le Petit Cambodge, le Carillon, la pâtisserie Lina, le restaurant Grill orient Express, pour le 10e arrondissement. Dans le 11e, le Comptoir Voltaire, la Belle équipe, Sushi Maki, la pâtisserie Louis-Etoré, le restaurant Diyar-Attila, le coiffeur Les Caprices, le Café Bonne Bières, Lavatronic, Parquet Carrelage, et évidemment le Bataclan Café seront indemnisés.

 Une exception cependant, dans cette liste : le Casa Nostra, restaurant italien rue de la Fontaine-au-Roi, victime d’une fusillade des terroristes. Depuis deux jours, le patron est accusé d’avoir vendu pour 50 000 euros au Daily Mail une vidéo de l’attaque . Malgré une vidéo le montrant visiblement en flagrant délit, le principal concerné nie les accusations. Pas convaincue par sa défense, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé qu’elle suspendait l’aide initialement allouée à l’établissement. "L’aide sera versée si le gérant nous fournit un justificatif prouvant que la somme touchée pour la vidéo est reversée à une association d’aide aux victimes", précise la Ville sur ce point.

► Cette aide exceptionnelle de la Ville s’ajoute à d’autres aides existantes que toucheront les cafés : assurances, versements via différents fonds de garantie existants, ou encore un possible fonds de soutien à l’activité de la Région Ile-de-France. "L’idée est de leur permettre de faire face à très court terme à leurs charges urgentes, d’entamer les travaux nécessaires pour rouvrir le plus rapidement possible", précise la municipalité. La somme permet aussi, symboliquement, "de témoigner de la reconnaissance de l’ensemble des Parisiens envers de ceux qui ont porté secours aux victimes, offert un refuge, ou accueilli les secours pour faciliter leur travail", indique la délibération qui a été votée .

► Mais d’autres commerces ont été touchés plus indirectement. Ils étaient situés dans les périmètres de sécurité mis en place pendant les attaques, et ont dû fermer leurs terrasses ou leurs établissements. Ceux-là seront exonérés des prélèvements et taxes qui relèvent de la compétence de la Ville, pour la période de fermeture : taxe de balayage, droits de voirie, enseignes… La Ville est en train de recenser les commerces concernés.

A LIRE AUSSI >> Vente de la vidéo de la fusillade au Daily Mail : le patron de la Casa Nostra dément

EN SAVOIR + >> Notre dossier complet sur les attentats du 13 novembre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter