Attentats de Paris : Salah Abdeslam aurait "volontairement refusé de se faire sauter"

SOCIÉTÉ
DirectLCI
TERRORISME - Selon son frère, Salah Abdeslam aurait "volontairement refusé" d'activer sa ceinture d'explosifs le soir des attentats du 13 novembre. Au courant des attaques de Bruxelles par les médias, celui-ci aurait par ailleurs nié toute implication.

Salah Abdeslam a "volontairement refusé de se faire sauter" le soir du 13 novembre, selon Mohamed Abdeslam qui a recueilli les confidences de son frère lors d’une visite à la prison de Bruges ce vendredi.

"Si j'avais voulu, il y aurait eu plus de victimes. Heureusement, je n'ai pas été jusqu'au bout", aurait ajouté le terroriste. Selon BFMTV qui s’est entretenu avec Mohamed Abdeslam, son frère ne serait pas la tête pensante des attentats de Paris et n’aurait su ce qui allait se passer qu’au dernier moment. Pour autant, celui-ci confirme que Salah Abdeslam portait bien une ceinture explosive ce soir-là.

Salah Abdeslam nie toute implication dans les attentats de Bruxelles

Lors de son audition en Belgique, Salah Abdeslam avait expliqué aux enquêteurs qu’il devait se rendre au Stade de France pour "se faire exploser". "J'ai renoncé lorsque j'ai stationné le véhicule. J'ai déposé mes trois passagers, puis j'ai redémarré. J'ai roulé au hasard". 

A LIRE AUSSI >>  Les images de l'arrestation de Salah Abdeslam

Il "veut collaborer car il a des comptes à rendre à la France mais pas à la Belgique", a expliqué Mohamed Abdeslam, qui assure que son frère "est au courant des attentats du 22 mars car il a la télé dans sa cellule", mais pas impliqué. Blessé par balle lors de son arrestation le 18 mars en Belgique, Salah Abdeslam serait très fatigué et aurait encore du mal à marcher.

Jeudi, la justice belge a autorisé l’extradition vers la France du seul survivant des attentats de novembre. "Sauf circonstance exceptionnelle", il sera transféré "en France dans un délai de dix jours", avait alors annoncé le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas.

EN SAVOIR + 
>>  Attentats de Paris et Bruxelles : "Il faut qu'Abdeslam parle, et vite" >> Suivez en direct l'enquête après l'arrestation de Salah Abdeslam
>> 
Nemmouche, Abdeslam... ces suspects capturés vivants
>> L'appel qui a permis de cerner Abdeslam
>> Notre portrait de Salah Abdeslam
>> Retour sur les quatre mois de traque de Salah Abdeslam

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter