Attentats du 13 novembre : un rescapé du Bataclan s'est donné la mort

Attentats du 13 novembre : un rescapé du Bataclan s'est donné la mort

Société
DirectLCI
TRISTESSE - Quelques jours après le triste anniversaire des deux ans du 13 novembre 2015, Guillaume Valette, un des rescapés, s'est suicidé. L'annonce a été faite par une association de victimes vendredi soir.

Deux ans après les attentats du 13 novembre 2015, la douleur est toujours très vive pour les rescapés. Pour certains d’entre eux, elle est devenue un tel fardeau qu’elle était insupportable à vivre. Malheureusement, c’est le cas de Guillaume Valette, rescapé du Bataclan, où 90 personnes ont perdues la vie. Vendredi soir, l’association "13onze15 - Fraternité et Vérité" a annoncé sur sa page Facebook que le jeune homme s’était donné la mort. "Nos pensées et l’expression de notre profonde sympathie vont à sa famille, à ses amis, à ses proches", peut-on lire sur la page Facebook de l’association.

"Il voulait rester seul"

Selon l’association, Guillaume s’est suicidé dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 novembre. "Guillaume était âgé de 31 ans, il était présent au Bataclan lors de l’attaque terroriste et n’avait souhaité se faire aider ni par sa famille, ni par l’une des associations de victimes ("13onze15 - Fraternité et Vérité" ou "Life For Paris"), il voulait rester seul... Il était cependant suivi par un psychiatre et un psychologue", affirme l’association "13onze15".

En vidéo

Deux rescapées du Bataclan témoignent : "C'est encore dans tout, c'est encore partout"

Avec l’accord de la famille, l’association a souhaité communiquer sur le décès de Guillaume pour rappeler l’importance du suivi psychologique pour les rescapés d’attentats. "Nous nous devons de rappeler combien il est important de prendre conscience de la nécessité de se faire accompagner, par sa famille en tout premier lieu, par une association, par un médecin, un psychiatre, un psychologue", écrit l’association. "Le traumatisme psychologique subi à l’occasion de ces attentats est profond, il est durable, il doit être considéré et soigné".

En vidéo

Un rescapé du Bataclan raconte le stress post-traumatique dont il a souffert

Un constat partagé partagé par l’association "Life For Paris", une autre association de rescapés des attentats du 13 novembre 2015. "Cette entraide est bien souvent la clé de la résilience et le début de la réparation des victimes", peut-on lire sur leur page Facebook.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter