Attentats : la cellule de Bruxelles voulait à nouveau frapper la France

SOCIÉTÉ

ATTENTAS – La cellule djihadiste basée à Bruxelles préparait un nouvel attentat sur le sol français, a annoncé le parquet fédéral belge ce dimanche. Mais prise de court par l'enquête, elle s'est décidée dans l'urgence à lancer des attaques dans la capitale belge.

La cellule djihadiste basée à Bruxelles ne comptait pas s'arrêter aux attentats qui ont semé la mort à Paris en novembre dernier. Selon le parquet fédéral belge, l'objectif de cette équipe sanglante, créée par Abdelhamid Abaaoud, était de frapper à nouveau la France - iTélé affirme que les cibles étaient le centre commercial de la Défense ainsi qu'une association catholique, une information non confirmée par le parquet à ce stade. Mais prise de court par les avancées de l'enquête, cette cellule se serait décidée, dans l'urgence, à lancer des attaques dans la capitale belge. 

Mohamed Abrini aurait livré cette information

C'est ce qui ressort de "plusieurs éléments de l'enquête", indique le parquet dans un bref communiqué diffusé ce dimanche matin. Selon le quotidien belge  L'Echo , c'est Mohamed Abrini, arrêté vendredi à Anderlecht, qui aurait livré cette information aux enquêteurs et au juge d'instruction. Samedi, ce Belgo-Marocain soupçonné d'être le logisticien des attaques du 13 novembre avait été inculpé avant d'avouer être le troisième homme de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, surnommé "l'homme au chapeau".

EN SAVOIR + >>  Attentats de Paris et Bruxelles : Abrini est bien "l'homme au chapeau"

Un autre homme arrêté vendredi en compagnie de Mohamed Abrini, Osama K., a été inculpé samedi d'assassinats terroristes par le parquet belge. Ce suspect est "le deuxième homme" de l'attentat de la station de métro Maelbeek, repéré en compagnie du kamikaze sur les images de vidéosurveillance. Cet homme était également "présent lors de l'achat des sacs qui servirent" lors de la double explosion-suicide à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, a précisé le parquet dans un communiqué.

EN SAVOIR + >>  Qui est Osama K., le deuxième homme du métro Maelbeek? 

Les liens entre les tueries de Bruxelles et Paris scellés

En près de cinq mois, l'enquête a révélé les liens de Mohamed Abrini avec les attaques parisiennes: possible soutien logistique, cet ami d'enfance des frères Brahim et Salah Abdeslam à Molenbeek a été filmé en compagnie de ce dernier dans une station-service de l'Oise (nord de Paris) dans la voiture qui servira à convoyer les kamikazes au Stade de France deux jours plus tard.

Un peu plus de quatre mois après les tueries parisiennes qui ont fait 130 morts, la police belge avait frappé un grand coup avec l'arrestation de Salah Abdeslam, le principal suspect, à Bruxelles le 18 mars. Le 22 mars, un double attentat-suicide à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, puis un kamikaze dans une station du métro au coeur du quartier européen ont fait 32 morts dans la capitale belge.

Lire et commenter