Aujourd’hui, on se sépare plus… mais on se remet aussi davantage en couple

Aujourd’hui, on se sépare plus… mais on se remet aussi davantage en couple

ETUDE DE COUPLES - D’après une étude de l’Insee, les nouvelles générations ont davantage tendance à se séparer. Mais ils connaissent beaucoup plus d’unions différentes au cours de leurs vies.

On s’installe en couple plus tard, on se sépare plus, et… on se remet davantage en couple au cours d’une vie. Enfin, surtout les hommes. C’est la grande tendance qui ressort de l'ouvrage "Couples et famille", que publie l'Insee ce mercredi et qui scrute les évolutions de la vie de couples en France. "Les parcours conjugaux diffèrent au cours d’une vie, par rapport aux anciennes générations", indique Vianney Costemalle, chargé d’études à l’Insee.

En France, il n’y a pas photo : la majeure partie de la population vit en couple au moins une fois dans sa vie. Sauf qu’aujourd’hui, les jeunes sautent le pas plus tard. Grosso modo, 65% des personnes nées entre 1948 et 1957 (environ 60-70 ans) ont déjà vécu en couple avant 25 ans, contre 55% pour les 40-50 ans (nées entre 1968 et 1977). "En fait, la première cohabitation a lieu plus tard", explique Vianney Costemalle. "Car à 35 ans, 88% des anciennes générations et 87% des nouvelles ont déjà vécu sous le même toit." Une évolution qui s’explique par l’augmentation de l’âge de fin d’étude et de l’âge au premier emploi.

Des unions de plus en plus courtes

Mais si le couple reste le modèle le plus répandu – 66% des adultes sont en couple, 7 personnes sur 10 sont mariés en 2011 -, de plus en plus de personnes habitant ensemble se séparent aussi chaque année : l’Insee relève 253.000 séparations par an entre 2009 et 2012, contre 155.000 seize ans plus tôt, entre 1993 et 1996. Autre constat : les premières unions formées sont de plus en plus courtes, notamment chez les jeunes : les cinq premières années après le début d’une relation, seules 9% des générations plus anciennes ont rompu. Ils sont 30% chez les jeunes.


Comment expliquer la fragilité de certaines relations ? L’Insee avance plusieurs facteurs : les couples mariés ou pacsés, ceux qui ont un enfant de moins de 5 ans, ou encore les personnes ayant eu des parents non séparés quand ils étaient mineurs rompent moins. "Les personnes qui sont en couple pendant une longue période avant de cohabiter, et commencer à cohabiter tardivement se séparent également moins", précise Vianney Costemalle.


Mais s’il y a plus de ruptures qu’avant, il y a aussi plus d’unions différentes au cours d’une vie. Et là-dessus, hommes et femmes ne sont pas à égalité. En 2013, 19% des Français de 26 à 65 ans ont vécu deux relations cohabitantes de couple et 5% en ont vécu trois ou plus, note l’Insee. Le tout assez rapidement : cinq ans après une séparation ayant eu lieu entre 25 et 50 ans, la moitié des personnes cohabite à nouveau en couple. Enfin, surtout les hommes : ils sont 55% à se remettre en couple moins de 5 ans après une séparation, contre 45% des femmes. En effet, plus elles se séparent tard, plus elles ont de chance de rester seule. Notamment après 45 ans : elles sont 5 fois moins nombreuses à se réinstaller avec quelqu’un que quand elles sont plus jeunes. D’autant plus si elles ont des enfants.

A LIRE AUSSI
>> Résidence alternée pour les enfants : ça marche ou pas ?
>> A quoi ressemble la vie des Français en 2015 ? La réponse en 10 graphiques (colorés)

>> Insee : les 10 chiffres à retenir sur la population française

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Variant Omicron : Rabat suspend pour 2 semaines tous les vols commerciaux vers le Maroc

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.