Autocars, covoiturage, accompagnement d'enfants... ceux qui profitent de la grève SNCF

Société
GAGNANTS - Depuis le début de la grève SNCF, mardi 3 avril, certaines entreprises se frottent les mains. La pagaille dans les gares leur rapporte en effet de nombreux clients.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Tandis que la SNCF entame une nouvelle session de grève perlée pour protester contre la réforme voulue par le gouvernement, d'autres sociétés de transports et de services profitent de la pagaille sur les rails pour gagner en notoriété et gonfler leur chiffre d'affaires. Un bon credo, d'autant que le mouvement, prévu pour se terminer au mois de juin, pourrait bien, selon certains syndicats, se prolonger tout l'été. 

Autocars et covoiturages ont le vent en poupe

Les premiers gagnants sont bien sûr les sociétés de transport qui proposent des alternatives au train. Les compagnies d'autocars font ainsi partie des premières à tirer profit de la situation. Depuis le début du mouvement social, plusieurs dizaines de milliers de voyageurs s'en sont remis à leurs services. "On a atteint des taux de remplissage de l'ordre de 100%, les cars sont complets et on a dû rajouter de la capacité : une dizaine de cars chaque jour avec des taux de remplissage dignes d'une mi-juillet, départ de vacances, ou des départ de Noël", rapporte à TF1 Sébastien Vincent, directeur des opérations chez Isilines. Chez Flixbus, les réservations sont de 40 à 60% plus importantes.


Le covoiturage, lui aussi, bénéficie d'un important succès. Chez Klaxit, les connexions au site ont été multipliées par trois. Face à la demande, la société de covoiturage Blablacar a également annoncé qu'elle allait faire circuler des autocars en travaillant avec des compagnies locales pour les trajets Paris-Lille, Paris-Rouen et Paris-Rennes. Lors de la première journée de grève, mardi 3 avril, la plateforme assure que la demande a été multipliée par dix par rapport à un mardi habituel. Trois fois plus de sièges que la moyenne, soit 184 000, avaient pourtant été proposés aux covoitureurs. Sur les courtes distances (20 à 80 km) cette fois, BlaBlaCar a enregistré dix fois plus de trajets.

D'autres services à la rescousse

Habituellement proposé par la SNCF, le service d'accompagnement des enfants dans les trains n'est plus disponible en raison de la grève. Alors certaines entreprises, qui s'occupent de mettre en relation parents dans le besoin et voyageurs prêts à jouer les baby-sitters en profitent. "J'ai tenté ma chance et j'ai tout de suite trouvé", explique un père de famille sur le parvis de la gare de Lyon Part-Dieu. "Sinon ils seraient partis tout seuls comme des grands. Mais là c'est quand même plus confortable." Ses deux fils, qui doivent passer les vacances chez leur grand-mère à Paris, voyageront avec une jeune fille, à qui il a confié les billets de train et les coordonnées d'arrivée. KidyGo, l'un des sites internet proposant ce service, dit avoir constaté une augmentation de 30% des inscriptions.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter