Automobile : le tout-électrique peut-il remplacer le tout-diesel ?

Automobile : le tout-électrique peut-il remplacer le tout-diesel ?

DirectLCI
ENVIRONNEMENT - La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé mercredi une série de mesures destinées à réduire la part du diesel, jugé trop polluant, dans le parc automobile français. Six ans après avoir encouragé massivement le diesel, les autorités proposent des primes pour passer l'hybride et à l'électrique. Efficace ?

Après la religion du diesel, le culte de l'électrique. Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, a annoncé mercredi des mesures destinées à réduire la part du diesel, qui concernait encore 6 automobilistes sur 10, et 6 immatriculations sur 10 en 2014 . Et pousser les Français à se tourner vers les véhicules hybrides ou électriques, moins polluants, mais encore marginaux.

Pour créer ce choc de consommation, la ministre ressort de son chapeau les "primes à la conversion". Le gouvernement débloquera en 2015 une enveloppe de 140 millions d'euros pour l'acquisition de véhicules propres, neufs ou d'occasion. Dès le 1er avril, les propriétaires d'un "vieux" diesel (sans filtre à particules) pourront toucher jusqu'à 10.000 euros pour le remplacer par un électrique, et jusqu'à 6.500 euros pour passer à l'hybride. En outre, les ménages non imposables toucheront une aide complémentaire de 500 euros. A Paris, la mairie proposera des aides complémentaires.

Ces mesures vont-elles trop loin ?

"500 euros… Pour aider les plus précaires à acheter un véhicule à 30.000 euros… C'est une blague ?" s'insurge Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes . "Les politiques ne se rendent pas compte de l'impact social de leurs mesures. En 2009, on vous incite, après le Grenelle de l'environnement, à acheter massivement un diesel. Aujourd'hui, on vous dit de vous en débarrasser. Vous allez tenter de le vendre, mais il ne vaudra plus rien…"

EN SAVOIR PLUS
>>
Pollution à Paris : Hidalgo veut chasser les poids lourds dès le 1er juillet
>>
Interdiction du diesel à Paris : le "oui mais" des Franciliens

Autre argument : le pari de l'électrique, et donc du nucléaire, ne serait pas si écolo. "On ne sait toujours pas si c'est vraiment l'énergie de demain", argumente Pierre Chasseray, dont l'association milite en faveur d'un crédit d'impôt de 400 euros pour installer des filtres à particules sur ces vieux diesels et souhaite favoriser la motorisation diesel de dernière génération, moins polluante, selon elle, que l'hybride pour les déplacements hors agglomération.

Ces mesures vont-elles assez loin ?

Pour les associations et élus écologistes, les mesures de Ségolène Royal sont "ambitieuses" mais il faut aller plus loin. Pour "sortir de la logique mortifère du tout diesel", le groupe Europe Ecologie-Les Verts milite pour un alignement des prix des carburants et la création d'une fiscalité verte. Jusqu'ici, Ségolène Royal n'a jamais voulu en entendre parler.

LIRE AUSSI
>> Pollution : Comment Paris va vous débarrasser de votre vieille voiture

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter