Autoroutes : les tarifs aux péages vont-ils à nouveau augmenter ?

SOCIÉTÉ

TRANSPORT – Fin 2014, Ségolène Royal avait barré la route à toute hausse des tarifs des péages. Un rapport remis mardi à Manuel Valls préconise de les réinstaurer, en échange de la part des gestionnaires d'autoroutes

Mardi, le groupe de travail qui planche depuis plusieurs mois sur cette question doit remettre ses conclusions au Premier ministre. Et si, à en croire un document interne révélé par l'AFP, les membres du groupe sont favorables au dégel du tarif des péages, ils accompagnent ce choix de conditions drastiques. Pour les sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA), c'est en effet la seule et unique bonne nouvelle du document : le document est favorable à une hausse des tarifs des péages. Fin novembre, elles avaient demandé une augmentation de 0,57 %, avant que Ségolène Royal leur barre la route . Au terme de sa réflexion, le groupe de travail leur a donc donné raison.

Hausse des investissements, raccourcissement des concessions : d'importants efforts demandés

En échange, en revanche, les sociétés autoroutières devront faire de nombreux efforts. Le texte demande ainsi que les SCA débloquent les 3,2 milliards d'investissement dans le réseau promis l'an dernier, qui avaient été délaissés après l'annonce du gel des péages. Le groupe ajoute également "une contribution significative (…) en complément des montants actuels". En clair, les gestionnaires des autoroutes françaises vont devoir dépenser plus. Et pas question, comme elles l'espéraient, de rallonger la durée des concessions : le groupe de travail évoque en effet la possibilité de changer les règles de fonctionnement des concessions, afin de permettre "un meilleur partage des fruits, notamment sous forme de raccourcissement de la durée de la concession ou de baisse de tarifs."

Un texte loin de satisfaire tout le monde

Le groupe semble donc s'être aligné sur la position de l'Autorité de la concurrence, qui dénonçait en septembre dernier la "rentabilité exceptionnelle" des SCA, les accusant de pratiquer des hausses de prix des péages très supérieures aux besoins. Un avis qui n'est pas partagé par tous : deux membres du groupe de travail, Le président PS de la commission du Développement durable de l'Assemblée nationale, Jean-Paul Chanteguet, et le député du Front de Gauche Patrice Carvalho, ont tous deux claqué la porte en début de semaine, estimant que le texte n'allait pas assez loin. Reste maintenant à savoir si les concessionnaires d'autoroutes accepteront de négocier avec le gouvernement sur la base de ce rapport.

EN SAVOIR +
>>
Hausses de péages suspendues : les autoroutes de rebiffent
>>
Une action collective pour récupérer l'argent des autoroutes

Sur le même sujet

Lire et commenter