Laurent Wauquiez prive de subventions les festivals LGBT

SOCIÉTÉ

DIVERSITÉ - Ces dernières semaines, plusieurs festivals LGBT ont vu leurs subventions supprimées en Auvergne-Rhône-Alpes. Si d'un côté la région invoque des "raisons économiques", les organisateurs, ainsi que des élus d'opposition, dénoncent quant à eux une "décision idéologique".

C'est une décision qui passe mal en Auvergne-Rhône-Alpes. La région, dirigée par Laurent Wauquiez depuis un peu plus d'un an, vient de supprimer les subventions régionales allouées à au moins deux festivals de cinéma LGBT. Selon Têtu, qui révèle l'information, le festival Face à Face, organisé tous les ans à Saint-Etienne, s'est ainsi vu refuser la subvention annuelle de 5000 euros qu'il touche depuis sa création en 2004. 

"Si on n’arrive pas à compenser ces 5.000€, il est possible qu’on soit obligés en 2017 de réduire le festival d’une journée", lâche-t-il auprès du site LGBT Hétéroclite. Joint par LCI, le service de presse de la région explique que la demande "n'était pas conforme et n'a pas pu être prise en compte". La faute à "une réforme des procédures", nous précise-t-on avant d'affirmer que "s’ils avaient déposé (une demande conforme) ils n'auraient pas forcément eu le même montant".

La région invoquait pourtant une toute autre raison il y a quelques mois. Dans un courrier en date du 23 septembre 2016 et que LCI a pu se procurer, Philippe Bailbe, le directeur général adjoint de la région, écrit : "Sans remettre en cause l'intérêt de votre manifestation (Face à Face), la commission a estimé qu'en raison des critères d'éligibilité et du nombre de demandes proposées, il n'était pas possible de retenir votre dossier". A aucun moment dans ce courrier d'une dizaine de lignes il n'est fait mention d'un éventuel problème avec la demande en elle-même.

Trois millions d'euros de subventions pour les fédérations de chasse

La justification de la région est jugée peu crédible par Ivan Mitifiot, directeur d'Ecrans Mixtes. Malgré une demande effectuée dans les règles, le festival lyonnais s'est lui aussi vu retirer ses subventions régionales. Le festival se voit ainsi amputer d'un quart de son budget, soit 3000 euros. Contacté par LCI, Ivan Mitifiot dénonce une "décision idéologique" et en aucun cas d'une restriction de budget. "La région Rhône-Alpes a doublé la subvention de Jazz à Vienne", rappelle-t-il. Et il va même plus loin, parlant d'une décision clientéliste : "En septembre, la région a accordé trois millions d'euros de subventions aux fédérations de chasse sur trois ans", cite-t-il en exemple.

Une opinion partagée par Anna Aubois, présidente déléguée du groupe socialiste à la région. "Ce sont des choix politiques et idéologiques réfléchis", regrette l'élue. Depuis qu'il a été élu à la présidence de la région, "Laurent Wauquiez récompense les copains et les lobbies. Il cherche à rassurer son camp qui n’a toujours pas digéré la loi sur le mariage pour tous". Le festival Vues d'en Face, basé à Grenoble, risque également de se voir supprimer sa subvention d'un montant de 3000 euros, indique le service de presse de la région, affirmant qu'une "nouvelle demande devrait bientôt être réalisée".

Ce n’est pas tant les 3000 euros qui vont nous faire défaut, c’est la légitimité idéologique qu’on nous enlève- Ivan Mitifiot, directeur d'Ecrans Mixtes

Avec ce type de décisions, Ivan Mitifiot craint le "retour de l'obscurantisme". "Ce n’est pas tant les 3000 euros qui vont nous faire défaut, c’est la légitimité idéologique qu’on nous enlève. Si les jeunes homos ne voient pas qu’ils ont le soutien des pouvoirs publics, que vont-ils se dire ?" lâche-t-il. De son côté, Anna Dubois se dit "très inquiète de cette droite dure qui ne veut plus financer des conférences, des festivals ou des associations qui œuvrent pour l’égalité pour tous". "C’est grave car derrière ce sont des vies humaines", affirme l'élue, qui rappelle que le taux de suicide est encore très important chez les jeunes homosexuels.

Mais pas question de baisser les bras pour autant. Ivan Mitifiot se dit même encore plus motivé qu'avant. "J’ai reçu des dizaines de mails, des propositions de particuliers nous proposant des dons ou des nuitées gratuites dans des hôtels. Il est hors de question que le festival soit diminué, affirme-t-il. Ce n’est pas à la région de décider de la vie ou de mort du festival, c’est au public. Et le public vient chaque année de plus en plus nombreux".

Déjà des coupes au Planning familial

Pour justifier de telles coupes, le service de presse de la région affirme qu'un "tas d'autres subventions", notamment accordés à des associations, "vont être coupées". L'"argent public est rare" et les structures qui comptent uniquement sur les subventions publiques pour exister doivent trouver un moyen de se diversifier", nous indique-t-on. Et d'enchérir : "Quand la région subventionne, elle veut un retour sur investissement et ne pas arriver en queue de peloton".

Il y a quelques semaines, Laurent Wauquiez avait déjà proposé à la commission permanente d’allouer au Planning familial une subvention nettement inférieure aux précédentes. Finalement, une baisse représentant 30% de ses financements régionaux avait été actée.

Lire aussi

En vidéo

La crèche de Wauquiez fait polémique au sein même du conseil régional : l'opposition dénonce un "écran de fumée"

Lire et commenter