Avec les Angels music awards, les chanteurs catho ont désormais leurs récompenses officielles !

SOCIÉTÉ
JESUS REVIENT - Pour la première fois en France, se tient samedi salle Wagram à Paris les Angels music Awards, une soirée de récompenses que le modèle des Grammy, qui visent à récompenser le "meilleur de la création actuelle s’inspirant de la culture chrétienne".

Vous souvenez-vous du père Aubergé ? Ce prêtre à guitare au sourire ultra-bright, qui chantait "Jésus revient parmi les siens", accompagné par un synthé et un chœur de jeunes filles à l’air de bonnes sœurs ? En trois minutes, cette séquence du film La vie est un long fleuve tranquille a réussi à cataloguer à jamais la musique catho comme parfaitement ringarde, et très gnangnan.

Et bien non. La musique catho, ce n’est pas que ça. Ou plutôt ça n’est plus ça... Aujourd’hui, la scène musicale chrétienne est variée, tendance et de très bonne qualité. C’est en tout cas ce qu’entendent montrer les Angels Music Awards , qui sont lancés pour la première fois cette année. Samedi soir, dans la très chic salle Wagram à Paris, un jury de journalistes et de personnalités chrétiennes va décerner une dizaine de prix aux nouvelles révélations de la musique chrétienne, et discerner l’album de l’année, le titre de l’année, ou encore la comédie musicale de l’année. Le tout avec un duo de présentateurs aguerris, et retransmis sur KTO et RCF, chaîne de télé et radio chrétiennes. Bref, les Angels Music Awards, c’est tout ce qu’il y a de plus pro.

Une soirée pour "donner de la visibilité aux artistes chrétiens"

Derrière cette soirée de récompenses et de concerts, trois quinquas, Jean-Baptiste Fourtané, Antoine Clamagirand et Marc Brunet, tous baignant dans le milieu musical chrétien. "On s’est retrouvé il y a un an, avec une envie : on voulait créer un événement pour valoriser les artistes chrétiens et leur donner de la visibilité", explique Antoine Clamagirand. Car il en est convaincu : la musique chrétienne n’a pas sa juste place sur la scène médiatique. "Il y a des groupes très actuels, à la Colplay ou U2, qui sont de très grande qualité, et n’ont pourtant aucune visibilité dans les médias ou sur les radios." 

Primer les artistes chrétiens, le concept est nouveau en France. Mais se pratique déjà dans les pays anglo-saxons, Etats-Unis en tête : les Grammy Awards, qui récompensent ce qui se fait de mieux dans la musique, ont une catégorie dédiée au genre. Et en France, le genre est bien présent. Il y a même un bon filon. Ces dernières années, quelques têtes d’affiche ont été adoubées par le grand public, comme le trio des Prêtres qui a écoulé deux millions de disques de chants catho. Les grands labels doivent flairer la tendance : Universal a a ainsi lancé en juillet 2014 Credo , un label chrétien. Y figure notamment Grégory Turpin , beau garçon, yeux bleus et voix douce, qui avec ses "plus beaux chants chrétiens d'hier et d'aujourd'hui", a déjà rempli l’Olympia. Mais ils ne sont que la partie grand public d’un gros vivier d’artistes catho, qui font leur petit chemin dans le milieu, se produisant souvent lors de rassemblements comme les JMJ, ultra relayés par les réseaux et magazines cathos, ainsi qu’un efficace bouche à oreille. Parmi les plus connus, le groupe de louange Exo qui a lancé le genre à la fin des années 1980, ou encore Glorious , des Lyonnais branchés "pop-louange" qui ont mie en émoi des milliers de jeunes adolescentes croyantes. "Il y a une diversité incroyable, allant du rap, à la pop, au r’n’b ou au reggae", raconte Antoine Clamagirand. "Depuis une dizaine d’années, on les voit émerger, avec une très bonne qualité musicale."

La salle pleine à craquer

Lui en est sûr : la demande en matière de musique chrétienne ne va faire qu’augmenter. "Nous sommes à une époque où l’on besoin d’espérance, de positivisme. Si la société est si violente, c’est peut-être parce qu’on manque de spiritualité", analyse Antoine Clamgirand. "Les chanteurs chrétiens ont des textes avec beaucoup de sens." Pas question de "rentrer dans le giron catholique", mais seulement "d’offrir plus de spiritualité" à un public plus large.

Les débuts de ces Angels Music Awards, qui affichent une sélection officielle de plus de 80 artistes ou groupes, semblent donner raison aux programmateurs : les 1400 places de la salle Wagram se sont arrachées, au point que la billetterie a été clôturée trois semaines avant le jour J. "Tous les artistes n’ont pas cette chance !", savoure l’organisateur. Le show sera retransmis en direct sur KTO et RC, chaines et radios catholiques. "Mais des télévisions, comme France 2 seront aussi présentes", se félicite Antoine, encore "surpris" des "retours très positifs"qu’a eu leur initiative. Au point que le rendez-vous est déjà pris pour l’an prochain. "Ce sera le 8 octobre, mais la salle sera plus grande. Parce que là, ça explose !"

> Envie d'un avant-goût avant samedi soir ? A écouter, dans la Sélection officielle, le reggae catho des Guetteurs et leur titre "La voix des Anges", ambiance drapeau jamaïcain, chanteurs barbus et road-trip en combi Volkswagen.

> Vous êtes plus classiques ? Essayez Etincelo, "Nous irons dans la joie", en mode pélerinage à Jérusalem, et sages adolescents chantant dans l'herbe.

> Décidément, tout ça est trop pop pour vous ? Soeur Agathe, et son "O prends pitié" devrait vous convenir.

 

Sur le même sujet

Lire et commenter