Aveyron : pour dénoncer une baisse des dotations, Onet-le-Château envoie 12.500 cartes à Macron

Carte envoyée par la ville d'Onet-le-Château à Emmanuel Macron pour comprendre la baisse considérable des dotations de l'État.

COLÈRE - En l'absence de réponse des autorités gouvernementales concernant la baisse de 74% de dotations de l'État, le maire d'Onet-le-Château a décidé d'envoyer 12.500 cartes à Emmanuel Macron pour tenter d'obtenir des réponses.

12.500. C'est le nombre de cartes postales envoyées par Jean-Philippe Keroslian, le maire d'Onet-le-Château, à Emmanuel Macron pour faire entendre sa colère. Cette ville de l'Aveyron se bat contre la baisse des dotations. En six ans, elle a perdu 74% d'aides de l'État, soit six millions d'euros en moins dans les caisses de cette commune de plus de 12.000 habitants. "Nous avons la même dotation qu'une ville de 800 habitants. Pourquoi ?", s'est interrogé le maire.

Je ne comprends pas pourquoi nos dotations s'effondrent et pourquoi on ne nous donne pas la moindre bribe d'explications.- Jean-Philippe Kéroslian

Dans le département, aucune autre ville n'a subi une telle diminution. Même si Rodez a perdu 40% de ses dotations, le maire d'Onet prend l'exemple de la commune de Saint-Affrique  qui avait la même dotation que sa commune il y a six ans. Il a confié à nos confrères de France Bleu : "Aujourd'hui un habitant de Saint-Afrique génère huit à neuf fois plus de dotations de l'État qu'un habitant d'Onet. Tant mieux pour Saint-Affrique, mais je ne comprends pas pourquoi nos dotations s’effondrent et pourquoi on ne nous donne pas la moindre bribe d’explications." 

Aucune réponse de la part des autorités gouvernementales

Pour l'instant, les autorités n'ont donné aucun éclaircissement concernant cette baisse considérable des dotations. En visite à Rodez vendredi 30 juillet, Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée chargée de l'Industrie a été questionnée sur le sujet. Puis Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, a aussi été contactée. Mais pour l'heure, personne n'a répondu et expliqué cette diminution drastique des dotations.

Le maire, ainsi que des élus Castonétois, ont mené une action choc

Pour dénoncer cette baisse des dotations de l'État subie par la commune et faire entendre son inquiétude, le maire Jean-Philippe Kéroslian ainsi que des élus Castonétois ont décidé mener une action choc lundi 2 août. 12.500 cartes, représentant les 12.500 Castonétoi(es), ont été adressées au Président de la République. Ces envois ne sont pas facturés car les courriers à destination de l'Elysée bénéficient d'un affranchissement spécial.

L'usine Bosch doit fermer plus de la moitié de ses postes

La situation devient urgente pour Onet-le-château : l'absence d'argent perçu ces derniers mois empêche des investissements, et plusieurs bâtiments municipaux se dégradent rapidement. 

De plus, l'usine Bosch, située dans la commune et qui emploie plusieurs habitants, devrait subir une fermeture de 60% de ses postes dans les mois à venir. Interrogé par BFM TV, Philippe Kéroslian a confié n'avoir plus "rien à perdre", et a prévenu que d'autres actions médiatiques auraient lieu si le gouvernement ne réagissait pas.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Exposition d'une photo d'Emmanuel Macron en maillot de bain : le couple présidentiel porte plainte

Pourquoi SOS Médecins entame une grève de 24 heures dès lundi matin

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Elections en Allemagne : les sociaux-démocrates en tête, incertitudes sur la succession d'Angela Merkel

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.