Avis de recherche pour un gagnant d'Euromillions : 5 histoires de veinards qui oublient d’aller retirer leurs gains

Avis de recherche pour un gagnant d'Euromillions : 5 histoires de veinards qui oublient d’aller retirer leurs gains

DirectLCI
OUPS – La Française des jeux a lancé un avis de recherche pour retrouver le gagnant My Million du 7 octobre, qui a validé son reçu dans les Hauts-de-France. Se manifestera-t-il à temps ? En attendant, retour sur cinq histoires de gagnants qui ont raté ou failli passer à côté de la chance de leur vie.

C’est un avis de recherche, mais pour une bonne nouvelle. Depuis quelques jours, la Française des jeux (FDJ) recherche activement l’heureux gagnant My Million du 7 octobre dernier. Le joueur a validé son reçu à Ennevelin, dans les Hauts-de-France. Il a jusqu’au 6 décembre à minuit pour retirer son gain. Sauf que jusqu’à maintenant, il ne s’est pas manifesté. Va-t-il passer à côté du million d'euros qui lui tend les bras ? Suspense… 


Les gagnants disposent en effet de 60 jours après la date du tirage pour se manifester auprès de la FDJ. Alors tout n’est pas encore perdu, mais pas encore gagné non plus : le plus souvent, les joueurs se manifestent dans les 15 jours…Et depuis le lancement de My Million en 2014, 20 gains d'un million d'euros sont restés non réclamés, sur 418 codes tirés au sort, selon la FDJ. Il faut dire que lorsque ceux qui jouent à l'Euromillions, auquel le jeu My Million est associé, vérifient si les numéros qu'ils ont cochés sont gagnant, ils ne pensent pas forcément à le faire pour ce code de deux lettres et sept chiffres qui leur a été attribué avec leur bulletin.

En s’appuyant sur le livre de Vincent Mongaillard, "Les millionnaires du Loto, 49 histoires de sacrés veinards ", sorti en mai dernier, LCI vous a retrouvé cinq histoires de grands chanceux, un peu étourdis,  qui ont failli raté, ou sont passés à côté de l’occasion en or de devenir millionnaire. 

  • 1Le plus gros gâchis

    L’histoire se passe en 2011, à la Chaise-Dieu, petit bourg près du Puy-en-Velay. Huit millions d’euros ont été gagnés, validés dans le snack-bar de la place de l’Abbaye. Le "plus gros lot à six zéros non réclamé de l’histoire des jeux de hasard de notre pays", écrit Vincent Mongaillard. Car quatre jours avant le jour J, la FDJ lance un avis de recherche. Dans le village, chacun s’interroge. Mais non, personne n’a le bon numéro. Un espoir surgit un temps, avec l’appel d’un homme possédant une maison de vacances dans le coin, qui avait joué au Loto. Mais non. Au final, l’heureux gagnant n’a sans doute jamais su qu’il l’était. Car la conclusion qu’en ont tiré les gens du coin, c’est qu’il devait s’agir d’un touriste de passage…
  • 2Deux mamies Ch’tis ratent presque le pactole… à cause du froid

    Ce sont deux voisines retraitées qui ont validé ensemble leur ticket gagnant, dans la banlieue de Lille, en janvier 2012. A la clé, un pactole de 3, 5 millions d’euros. Elles se sont manifestées… le 56e jour. Le record des retardataires de toute l’histoire du Loto. Les deux étourdies ont même failli passer à côté de l’avis de recherche de la FDJ, bloquées chez elles par une vague de froid. C’est quand est arrivé le redoux, et que l’une des deux amies a fini par sortir de son domicile, qu'elle est tombée sur le panneau "avis de recherche" de la FDJ collé dans son point de vente. Il était moins une. Enfin, moins quatre.
  • 3Un autre remporté... grâce au froid

    Décidément, la météo fait des heureux ! En 1980, c’est une commerçante marseillaise qui, en voulant s’abriter du froid dans un bar-tabac, voit des clients valider leurs grilles de Loto. Elle se fait expliquer les règles, et valide un bulletin, pour 28 francs à l'époque. Chance du débutant ? Elle a remporté 2, 25 millions.
  • 4Le bulletin perdu au fond d’un placard

    Elles aussi, ont failli passer à côté. En 1997 à Bordeaux, quatre copines valident un bulletin. Mais oublient de regarder le tirage. Quelques semaines plus tard, l’une des femmes, serveuse, tombe sur l’article du journal local annonçant un gros lot qui n’a pas trouvé preneur. Elle en rigole. "Ces imbéciles qui jouent au Loto et ne savent même pas qu’ils ont gagné !", dit-elle aux clients. Au final tout de même, elle se souvient de l'achat du ticket. C’est l’une des amies qui l’a retrouvé au fond d’un placard… A six jours de la date limite. Ouf !
  • 5Six ans d’attente pour l’Américain désintéressé

    C’est ce qui s’appelle avoir de la patience… Aux Etats-Unis, où les règles ne sont pas les mêmes qu’en France, un Américain qui a remporté en 2006 la somme de 5 millions de dollars et a attendu d’empocher le gain… pendant six années ! En fait, il voulait que sa fiancée l’épouse de manière désintéressée. Et c’est donc le jour du mariage, en 2012, qu’il a sorti le ticket.

Dans son livre, le journaliste Vincent Mongaillard décompte ainsi 21 "ratages" de jackpot supérieurs ou égaux à un million au Loto depuis un quart de siècle. Comment expliquer tous ces étourdis ? Peut-être à cause d’un manque de notoriété c. Et oui, on ne peut pas être chanceux tout le temps. Après, ça fait aussi des heureux : les gains non retirés sont remis en jeu… pour, peut-être, le bonheur des autres.

En vidéo

VIDEO. Bonne humeur et gros lots, les lotos de village séduisent toujours autant à la campagne

Plus d'articles

Sur le même sujet