Baisses d'impôts : que pouvez-vous espérer dans les prochains mois ?

Baisses d'impôts : que pouvez-vous espérer dans les prochains mois ?
SOCIÉTÉ

FISCALITE – Le gouvernement multiplie les engagements fiscaux en faveur des entreprises et des contribuables. Metronews fait le point sur les baisses d'impôt annoncées pour l'automne et promises dans les prochains mois.

Résolus à mener de front la poursuite de réduction du déficit et la une politique de relance économique, François Hollande et Manuel Valls multiplient les annonces fiscales à destination des entreprises, mais également des ménages. Après avoir augmenté les impôts de quelque 60 milliards d'euros en deux ans (100 milliards en tout depuis 2011), le gouvernement a décidé d'alléger la pression fiscale sur les revenus modestes cette année, avant de nouvelles mesures promises l'an prochain à destination des classes moyennes. Metronews fait le point les gestes fiscaux en faveur des contribuables, actés et à venir.

Une première réduction d'impôts cet automne
Annoncé mi-mai par Manuel Valls, la baisse d'impôts ciblant les foyers modestes doit bénéficier à 3,7 millions de personnes - dont le revenu atteint au maximum 1,1 fois smic, soit environ 1600 euros brut par mois - dès cet automne. Cela devrait se traduire par un allégement de l'imposition de 350 euros pour un célibataire percevant 1,1 smic, 700 euros pour un couple dont le salaire ne dépasse pas 2,2 smic, majorés en fonction du nombre de parts de quotient familial. Parmi ces 3,7 millions de contribuables, 1,9 million de personnes, imposables en raison du gel du barème maintenu l'an dernier par le gouvernement, seront quant à eux à nouveaux exonérés d'impôts sur le revenu cette année.

Le coût de cette mesure de 1,1 milliard d'euros est assumé par les résultats de la lutte contre la fraude fiscale, qui dépassent les prévisions du gouvernement.

Baisse des cotisations
A l’instar des entreprises qui vont bénéficier dès l'an prochain d'un allégement de charges dans le cadre du fameux "Pacte de responsabilité", une partie des salariés sera concernée par une baisse des cotisations salariales dès le 1er janvier 2015. Il s'agit à la fois des employés dont le salaire est compris entre 1 et 1,3 fois le smic et de quelque 2,2 millions de fonctionnaires. Concrètement, pour un salarié à temps plein payé au Smic, cet allégement représente environ 500 euros par an.

Et après ?
Amorcée au printemps , la baisse d'imposition en faveur des classes moyennes semble actée, comme l'a réaffirmé lundi François Hollande lors de la traditionnelle interview du 14 juillet . Actuellement en préparation pour intégrer le projet de loi de Finances 2015, présenté à la rentrée, l'ampleur de ce geste n'a pas encore été précisée. Si les médias ont successivement évoqué une mesure en faveur des contribuables percevant moins de 2200 euros net par mois , puis une assiette comprise entre 1,2 et 1,5 million de personnes, le chef de l'Etat s'est pour sa part montré très prudent.

"On fera en sorte que cela concerne plusieurs centaines de milliers de ménages", a-t-il tout juste indiqué lundi, sans donner plus de détails. "Il faut être prudent, je ne veux pas faire de promesses que l'on ne pourra pas tenir", a encore ajouté le chef de l'Etat. En la matière, la déception serait effectivement grande.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent