Bastille bat le pavé pour la libération de Jacqueline Sauvage

Bastille bat le pavé pour la libération de Jacqueline Sauvage

DirectLCI
DANS LA RUE – Ce samedi 23 janvier à 10h30, un nouveau rassemblement se déroule place de la Bastille, afin de demander la libération de Jacqueline Sauvage. Battue et violée pendant 47 ans, elle avait tué son époux de trois balles dans le dos, en septembre 2012.

Plusieurs semaines après sa nouvelle condamnation en appel, Jacqueline Sauvage peut compter sur des soutiens toujours plus nombreux. Leur combat ? Réclamer une grâce présidentielle pour cette femme de 68 ans, condamnée à dix ans de réclusion criminelle après avoir tué son mari violent et incestueux, de trois coups de fusil.

Un rassemblement se déroule ainsi depuis 10h30, samedi 23 janvier, sur la place de la Bastille à Paris. Une démarche qui ne provient d'aucune organisation en particulier, mais plutôt d’une détermination collective. Le 12 décembre dernier, quelques dizaines de personnes s’étaient déjà retrouvées place du châtelet, aux cris de "battue, violée, humiliée, emprisonnée". Parmi elles : deux des filles de Jacqueline Sauvage, ses avocates et plusieurs signataires de la pétition réclamant sa libération. Une pétition qui recueille aujourd’hui près de 280.000 signatures.

A LIRE AUSSI
>> "Le soutien des gens pour maman nous impressionne"
>> Les Femen creusent un trou pour "évader" Jacqueline Sauvage
>>
Des parlementaires demandent la grâce présidentielle
>>
Où en est la demande de grâce ?
>> Eva Darlan, soutien de Jacqueline Sauvage : "Je suis très, très optimiste"

Des demandes de grâces en cours

"On veut continuer à mettre la pression tant que Jacqueline Sauvage n’est pas libérée", explique Karine Plassard, à l’origine de cette pétition hébergée sur change.org . "Notre objectif, c’est qu’on ne l’oublie pas". Car les diverses demandes de grâce, envoyées au président de la République par plusieurs députés d’une part, et les filles de Jacqueline Sauvage d’autre part, restent toujours sans nouvelles pour le moment.

Une de ses avocates, Me Tomasini, présente à la manifestation, a décrit une Jacqueline Sauvage "très fatiguée", n'ayant pas "compris le verdict" et "touchée par la mobilisation". Et de poser la question, au micro d'Europe 1 ce samedi matin : "Y a-t-il espoir que François Hollande entende" la mobilisation ?

Déjà emprisonnée depuis deux ans et demi, Jacqueline Sauvage doit encore effectuer une durée similaire derrière les barreaux avant d’arriver au terme de sa période de sûreté. Elle pourra alors formuler une demande de libération conditionnelle. A moins, bien sûr, que le président n’accède à la demande des manifestants, et décide de la gracier.

EN SAVOIR + 
>>  10 ans de prison pour Jacqueline Sauvage
>>  "Vous qui saviez, vous auriez du faire quelque chose, nom de dieu!"
>> Jacqueline Sauvage, accusée du meurtre de son mari : "Je l'avais dans la peau"

Plus d'articles

Sur le même sujet