Bébés nés sans main ou sans bras : les parents tirent la sonnette d’alarme

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

L'affaire des bébés nés sans bras ou sans main

SOS - Alors que l’affaire des enfants nés sans bras ou sans main prend une dimension exceptionnelle, les familles en appellent à la ministre de la Santé pour avoir des réponses. Plusieurs d’entre-elles ont accepté de témoigner dans Le Parisien.

Ils sont de plus en plus et ne veulent plus se taire. Les parents d’enfants nés sans bras ou sans main lancent un cri d'alarme ce jeudi 1er novembre dans Le Parisien afin d’être entendus. La malchance, le hasard… Ils n’y croient plus. Et ils veulent connaitre les causes précises de ces malformations. Pour cette mère d’une petite fille née sans avant-bras gauche, la confiance s’est envolée. "On n’a plus confiance dans ce que nous dit Santé publique France (qui est chargée d’une partie de l’enquête)", affirme Isabelle Taymans-Gressin.

Et de préciser qu’elle avait alerté elle-même "les autorités quand elle a vu que dans (sa) commune de Gudel, quatre familles étaient dans le même cas". Depuis, elle fédère les opérations auprès d’autres parents au sein de l’Assedea (Association d’étude et d’aide aux personnes concernées par les malformations de membres).

Lire aussi

Mais les langues se délient. Dans le quotidien, trois autres femmes témoignent et tapent du poing sur la table pour comprendre. "Ça ne peut pas être une coïncidence", dit l'une d'elles, qui vivait à proximité de champs. "Je veux savoir pourquoi il y a eu tant de malformations."

"On m’a d’abord dit qu’il n’y avait aucun problème"

Pour la deuxième mère, l’attitude des médecins est à remettre en cause. Elle explique. "Une petite malformation été détectée à l’échographie de mes cinq mois. Mais on m’a d’abord dit qu’il n’y avait aucun problème. Malheureusement, lorsque mon fils est né il n’avait pas d’avant-bras gauche", témoigne-t-elle avant de faire éclater sa colère. "Les médecins m’ont dit : ‘C’est la faute à pas de chance’. Vraiment ?". Le couple n'avait pas de problème de santé, et vivait aussi à la campagne.

En vidéo

Bébés sans bras : les questions qui se posent

Le troisième témoignage de mère recueilli en appelle à "une réponse sérieuse". "Est-ce à cause des pesticides ? Il n’y a peut-être pas de preuves. Mais je veux  être sure que l’on mène une vrai enquête sur le sujet." Des complaintes de parents désemparés, alors que les découvertes de cas de bébés malformés se multiplient. Le dévoilement de onze cas supplémentaires suspects a porté le nombre total à 18. Agnès Buzyn est attendue au tournant.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter