Bernard Tapie "KO", "ruiné", mais toujours combatif

SOCIÉTÉ

RÉACTION - Bernard Tapie se dit "abattu" et "ruiné" après la décision de la cour d'appel de Paris qui l'a condamné jeudi à rembourser les 404 millions d'euros que la procédure d'arbitrage lui avait accordés en 2008 dans le règlement de l'affaire Adidas/Crédit Lyonnais. "KO" mais pas résigné, il prévient, dans un entretien au Monde : "Ils veulent la guerre, ils vont l’avoir."

"Pourquoi tant de haine ?" Bernard Tapie a accordé vendredi 4 décembre un entretien au Monde, quelques heures après la décision de la cour d'appel de Paris dans l'interminable affaire Adidas/Crédit Lyonnais. Celle-ci l'a condamné à rembourser les 404 millions d'euros que lui avait accordés l'arbitrage rendu en 2008 pour clore le litige. "Je suis ruiné. Ruiné de chez ruiné. Plus rien. Tout va y passer. Tout", affirme Bernard Tapie.

A la question : "Vous attendiez-vous à cette décision ?", l'ancien homme d'affaires répond : "Franchement, non. Vraiment pas. Elle est tellement féroce qu’au-delà de la décision elle-même, je me pose une question majeure : pourquoi tant de haine ?"

"C'est Monsieur Macron qui est en face"

Evoquant, outre le remboursement des 404 millions d'euros, les intérêts (40 millions d'euros), ainsi que le coût de l’arbitrage que lui réclame également la cour d'appel, l'ex patron d'Adidas commente : "C'est ahurissant, la justice me demande de rembourser des sommes astronomiques que je n'ai même pas touchées (...) Ils vont me mettre en liquidation personnelle et me vendre tout ce que j'ai", déplore-t-il.

EN SAVOIR +
>> L'Etat ne va pas laisser Tapie cacher sa fortune si facilement
>> Avant d'être saisi, Tapie protège ses biens
>> Il réclamait un milliard au Crédit Lyonnais : Tapie condamné à rembourser

S'il se dit "KO", "abattu" et "acculé", Bernard Tapie affirme que "cet état d’abattement ne va pas durer longtemps". J’ai dit tout à l’heure à mon fils : "Je n’ai pas dormi depuis une semaine tellement j’attendais cette décision. Maintenant, on la connaît, très bien : ils veulent la guerre, ils vont l’avoir."

A LIRE AUSSI
>> Arbitrage invalidé : Bernard Tapie déclare avoir pensé à se suicider
>> Affaire Tapie-Lagarde : tout ce qu'il faut savoir

Lire et commenter