Béziers : Ménard dégaine une affiche anti-migrants pour... 40 nouveaux arrivants

Béziers : Ménard dégaine une affiche anti-migrants pour... 40 nouveaux arrivants
SOCIÉTÉ

RÉFUGIÉS – Robert Ménard, maire de Béziers apparenté au Front national, a lancé dans sa ville une campagne de communication hostile aux migrants, via une affiche placardée dans les rues de la ville. Un coup de com’ en réaction à l’arrivée, courant novembre… de quarante réfugiés.

L’affiche est placardée dans les rues de Béziers. Savant montage photographique, elle montre des réfugiés, de dos et de profil, sous un ciel chargé de nuages. Derrière eux, en fond, s’élève la cathédrale de Béziers. Le tout est encadré d’un texte pour le moins anxiogène, en lettres capitales noires et jaunes : "L’Etat nous les impose. Ça y est ils arrivent… Les migrants dans notre centre-ville !"

Contacté ce mardi à la mi-journée, Robert Ménard assure que cette affiche, éditée par la municipalité, “est juste une information à destination des Biterrois, qui ont le droit de savoir que ce que l’on craignait est arrivé”. Et le maire soutenu par le Front national de poursuivre : “L’installation d’un nouveau Cada (centre d’accueil des demandeurs d’asile, ndlr) en plein centre-ville est un coup de poignard dans le dos de la ville. On a fait tant d’efforts pour redonner vie au centre-ville, lui donner des couleurs pimpantes et y assurer la sécurité. Maintenant ça suffit.”

Mais certains riverains ne partagent pas son avis. Tandis que des internautes, scandalisés, ont posté une photo des panneaux publicitaires sur les réseaux sociaux, d’autres Biterrois engagés auprès des réfugiés de la ville font part de leur colère à LCI. Et déplorent "un électrochoc de plus". "Il recommence, c’est de la folie !", lance notamment cette membre d'une association à l’adresse du maire. "D’autant que le nombre de réfugiés devant arriver à Béziers est dérisoire".

En tout, 170 migrants à Béziers

En effet, alors que la mairie de Béziers évoque dans un communiqué “une politique qui consiste à ouvrir grand les portes de notre pays à une véritable immigration de peuplement”, ces affirmations sont contredites par les chiffres de la sous-préfecture et de la Cimade.

Contacté par LCI, le sous-préfet Christian Pouget indique que 40 nouveaux demandeurs d’asile doivent arriver sur la commune courant novembre. Ils viendront s’ajouter aux 50 déjà installés dans le Cada de la Cimade. En effet, contrairement à ce qu’affirme le communiqué de la mairie, il ne s’agit pas d’un "nouveau centre", mais bien de l’agrandissement de l’un des deux foyers existants. Avec 80 demandeurs d’asile déjà placés dans le Cada Emile Claparède, ce sont donc en tout 170 migrants qui seront accueillis à Béziers, ville d’un peu moins de 70.000 habitants.

Un référendum sur l'accueil des réfugiés ?

Un ratio pas vraiment mis en avant par Robert Ménard, qui préfère insister sur “les 80% de migrants qui se sont vus refuser le statut de réfugié politique ces trois dernières années à Béziers et qui, ensuite, restent clandestinement dans la ville.” Et d’annoncer à LCI sa volonté de “demander prochainement au conseil municipal son accord pour l’organisation d’un référendum local sur l’accueil des réfugiés”. Cette initiative, si elle devait voir le jour, pourrait être retoquée devant la justice. Au mois de septembre, le tribunal administratif de Grenoble s'est opposé à l'organisation d'un même référendum dans la commune d'Allex (Drôme).

De son côté, SOS Racisme a annoncé mardi en fin de journée son intention  de signaler cette affiche au Parquet et de saisir le Préfet de l'Hérault "afin que ce dernier rappelle à Robert Ménard l'exigence de neutralité qui doit entourer les publications municipales".

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent