Béziers - Robert Ménard : "Cette campagne s'adresse aux délinquants"

Béziers - Robert Ménard : "Cette campagne s'adresse aux délinquants"

DirectLCI
POLEMIQUE – La toute nouvelle campagne de communication du maire de Béziers, soutenu par le Front national, fait des vagues. En cause : la promotion très cash, depuis mardi, de l'armement de la police municipale.

Quand il s’agit de vanter l’armement de la police municipale dans sa ville, Robert Ménard, le maire de Béziers soutenu par le Front national, y va franco. Depuis mardi soir, une campagne de communication choc a ainsi fait son apparition sur les panneaux publicitaires de la ville, rapporte mercredi le site du quotidien local Midi Libre .

Qu’y voit-on ? Un pistolet en gros plan avec un drapeau français sur la crosse, et un slogan accrocheur : "désormais la police nationale a un nouvel ami". En petites lettres, l’affiche précise que la police municipale est donc armée 24h/24 et 7j/7. Contactée par le Nouvel Observateur , cette dernière a confirmé l'existence de cette campagne. 

"Faire passer un message fort aux Biterrois"

Contacté par la rédaction de BFMTV mercredi après-midi, le maire de Béziers assume et défend cette campagne de communication: "Ce n'est pas une campagne institutionnelle, mièvre et sans nerfs. On voulait faire passer un message fort aux Biterrois, à savoir qu'il y a une véritable police municipale, qui est armée et qui travaille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7", a-t-il réagi.

Et de renchérir: "Cette campagne s'adresse aux Biterrois et aux délinquants: elle dit que les règles ont changé. A l'heure où un Premier ministre est accueilli en déplacement officiel par des tirs de kalashnikovs, c'est nécessaire".

A LIRE AUSSI >> La campagne pro-armes déjà ridiculisée sur Twitter

Une campagne illégale ?

EN SAVOIR + >> À Béziers, il y a "les haineux, les désintéressés et ceux qui ont peur de s'opposer"

Peu après son élection l’an dernier , Robert Ménard avait annoncé son intention d’armer sa police municipale, ce qui est effectif depuis le 1er février 2015 . Ne manquait plus qu’à faire passer le message quitte à créer une polémique, une de plus pour le maire proche de l'extrême droite. 

A défaut de tomber sous le coup de la loi, cette campagne flirte au moins largement avec cette dernière. En effet, un texte législatif du 12 juillet 1985 encadre strictement la publicité des armes à feu et des munitions ; en cas de vente, l'annonce doit préciser, entre autres, le nom du fabricant, le prix ou encore la date de première commercialisation. S’il ne s’agit pas ici d'une publicité directe, il s’agit au moins d’une promotion.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter