BHV ouvert le dimanche : comment les syndicats ont fini par céder contre l'avis des salariés

BHV ouvert le dimanche : comment les syndicats ont fini par céder contre l'avis des salariés

DirectLCI
TRAVAIL - Au début, tous les syndicats du BHV-Marais étaient contre l'ouverture le dimanche. Même les salariés y avaient dit non par référendum. Sauf que cette semaine, SUD-Solidaires a changé d'avis. Et ça change tout.

Le BHV-Marais pourrait donc être le premier grand magasin parisien à ouvrir les dimanches. Mardi dernier, SUD-Solidaires BHV (33% des voix aux élections professionnelles) et la CFE-CGC (8%) ont signé un accord prévoyant l'ouverture du magasin le dimanche, sur la base du volontariat des employés.

La CGT (35% des voix), toujours opposée à cet accord, a "invité la CFTC à faire de même", vendredi 6 mai, pour "faire respecter l'avis" des salariés. Sauf que la CFTC (25%) , si elle ne signera pas cet accord, a déjà annoncé qu'elle ne ferait "pas valoir son droit d'opposition". Et pour qu'un droit d'opposition soit valable, il doit émaner de syndicats représentant plus de 50% des voix aux élections professionnelles... soit 15 points de plus que ce que représente la CGT.

A LIRE AUSSI >> Le référendum en entreprise, utile ou déloyal ?

Le retournement de veste de SUD-Solidaires

Le 22 novembre, les salariés du BHV de la rue de Rivoli, situé dans le Marais, l'une des zones touristiques internationales (ZTI) créées par la loi Macron, s'étaient exprimés, à une courte majorité (640 voix contre 627), contre un projet d'accord sur le travail dominical dans leur établissement. Et à cette époque, le syndicat SUD-Solidaires BHV soutenait l'avis des salariés avec ce mot d'ordre : "Rien ne se fera sans vous".

EN SAVOIR + >> Travail dominical : à Paris, les syndicats préparent la contre-attaque

Mais ça, c'était avant. Tout a basculé cette semaine lorsque SUD-Solidaires a accepté un nouvel accord. Son représentant, François Le Menuet, a expliqué la position du syndicat par la volonté de "négocier au mieux pour les salariés" face à une évolution à laquelle "on ne va pas échapper". De quoi irriter la direction nationale de SUD (à laquelle SUD-BHV n'est pas affilié) : "Nous demandons solennellement à nos camarades de retirer leur signature de cet accord". Ambiance syndicale...

Que prévoit l'accord ?

L'accord – conclu pour trois ans – prévoit un plafond de 15 dimanches travaillés (majorés de 100%, c'est-à-dire payés double, et assortis d'une récupération) par an pour les salariés travaillant habituellement la semaine. Pour ceux de fin de semaine (environ 150 embauches prévues), les 15 premiers dimanches seront majorés de 100%, les suivants de 50%, sans récupération.

En novembre, le projet d'accord prévoyait une majoration de 100% et un repos compensateur uniquement pour les cinq premiers dimanches travaillés. Cet accord pourrait agir comme une sorte de jurisprudence dans le même genre de négociations, aux Galeries Lafayette par exemple.

A LIRE AUSSI
>> Ouverture le dimanche à Paris : et maintenant ? On attend !
>> 
Ouverture des commerces le dimanche à Paris : où sont les zones touristiques ?
>> 
Ce que la loi Macron change pour les travailleurs

Plus d'articles