VIDÉO - Blocages en Martinique : les pillages se multiplient, la situation s’envenime

VIDÉO - Blocages en Martinique : les pillages se multiplient, la situation s’envenime

HEURTS - L'île, toujours en proie à une grève générale démarrée en opposition aux mesures sanitaires de l'exécutif, est le théâtre de nombreuses scènes de violence depuis plusieurs jours. Les membres des forces de l'ordre sont notamment visés par les contestataires.

Des incendies, des vols et des scènes de violences en tous genres. La nuit dernière, en Martinique, les tensions n'ont pas diminué, loin de là, alors qu'une partie des habitants s'opposent avec véhémence aux mesures destinées à lutter contre le Covid-19, comme l'obligation vaccinale pour les soignants et le pass sanitaire.

Au troisième jour de la grève générale, les barrages se sont ainsi multipliés sur les principaux axes routiers de l'île. Selon les informations de TF1/LCI, la situation était notamment très tendue à Fort-de-France, avec plusieurs barrages et des affrontements. 

Toute l'info sur

Le 13H

"À l'arrivée des pompiers, ils envoient des roches, des bouteilles", détaille un homme au 13H de TF1, dans la vidéo en tête de cet article, à propos des contestataires. "C'est vraiment désolant. (...) Il y avait des jeunes avec des armes, des fusils", ajoute une femme.

Sur les images que nous vous présentons, une voiture semble vouloir forcer un barrage sauvage. Elle est d'abord stoppée, puis une vitre est cassée, avant que le conducteur ne prenne la fuite. 

Des checkpoints pour rançonner les habitants

Ces violences, jusque-là localisées essentiellement au chef-lieu de l'île, gagnent maintenant des communes comme Saint-Esprit, Le Robert et surtout Le Lamentin, et se concentre dans le nord de l'île

De nombreux incendies de barricades sont ainsi à déplorer, ainsi que des vols dans des commerces. Par ailleurs, de plus en plus de groupes d'individus s’attaquent à des biens privés, comme des entreprises et des habitations. De nombreux checkpoints ont même été dressés pour rançonner les habitants. 

"7 policiers et 5 gendarmes ont été légèrement blessés"

Toujours selon nos informations, les actes de violences sont commis par des individus casqués ou cagoulés et très mobiles, qui se déplacent en scooter. Les émeutiers utilisent par ailleurs des armes de guerre. Une source policière nous a également indiqué que la situation devenait hors de contrôle, notamment en raison de tirs émis sur des policiers et des gendarmes.

La préfecture de Martinique avait signalé, concernant la nuit de mardi à mercredi, "des évènements très violents (...) dans l'agglomération de Fort-de-France", ajoutant que "sept policiers et cinq gendarmes ont été légèrement blessés, mais ils n'ont pas été hospitalisés".

Lire aussi

"Cinq personnes ont été interpellées et se trouvent toujours en garde à vue pour tentatives d'homicide et violences aggravées sur personnes dépositaires de l'autorité publique, dégradations par incendie, port et détention d'armes, participation à des attroupements armés. Ils ont tous été déjà condamnés", a-t-elle ajouté.

Mercredi, les autorités de Martinique ont ouvert la porte au dialogue avec l'intersyndicale qui a lancé les blocages lundi sur l'île et envisage de durcir le ton. Une invitation arrivée alors que les membres de l'intersyndicale menaçaient "de prendre d'autres dispositions" face au "mépris affiché par la préfecture", avait lancé le représentant syndical. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 - Variant Omicron : la plupart des cas sont "légers", selon l'agence européenne des médicaments

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

EN DIRECT - Conférence de presse d'Emmanuel Macron : suivez notre édition spéciale

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Le variant Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l'OMS

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.