Bloctel, la liste anti-démarcharge téléphonique du gouvernement, gérée… par des entreprises de démarchage

Bloctel, la liste anti-démarcharge téléphonique du gouvernement, gérée… par des entreprises de démarchage
SOCIÉTÉ

ENQUÊTE – Vous pensiez que la nouvelle liste rouge Bloctel était gérée par le gouvernement ? Raté ! Derrière ce tout neuf dispositif anti-démarchage, quatre entreprises privées spécialisées en marketing privé et, entre autres… en démarchage téléphonique. L’expertise avant tout ? Possible conflit d’intérêt ? Le cabinet de Martine Pinville, ce lundi 13 juin, se veut rassurant quant à la sécurité des données des consommateurs.

Dans la grande famille des listes rouges, demandons Bloctel. Dernier outil en date lancé en grandes pompes pour lutter contre le démarchage téléphonique abusif, cette nouvelle liste a fait son apparition le 1er juin dernier. Son portail internet, complété d’un très officiel .gouv.fr, affiche le logo et les codes couleurs du gouvernement. Son principe ? Une inscription gratuite pour les consommateurs qui leur permet pendant trois ans, après avoir communiqué leurs numéros de téléphone via un formulaire, de se prémunir des coups de fils intempestifs de prospection commerciale.

Tweets, interviews, déclarations… Martine Pinville, secrétaire d’Etat chargée du commerce et de la consommation, n’a pas ménagé ses efforts pour annoncer l’arrivée de Bloctel. Pourtant, force est de constater que cette liste n’est pas gérée par l’Etat. En réalité, elle a fait l’objet d’une délégation de service public, survenue au terme d’un appel d’offre. Et s’est ainsi retrouvée à la charge d’entreprises privées spécialisées… en démarchage. Ça veut dire quoi ? Que, très concrètement, les consommateurs fatigués du démarchage remettent leurs coordonnées entre les mains... de pros de la prospection.

Marketing direct et fichiers clients

Reprenons en détail. Cet appel d’offre, c’est la société Opposetel qui l’a remporté. Une société elle-même composée de quatre administrateurs, les entreprises HSK Partners, Amabis, CBC Developpement et AID. Des enseignes qui ont toutes un domaine de compétence très pointu et un fonds de commerce spécifique : le marketing direct.

Exemple avec l’enseigne HSK Partners, dont le président n’est autre que le président de Bloctel, Eric Huignard. Un simple coup d’œil au site de cette entreprise et nous voilà face à un nuage de mots jargonneux, issus de la planète marketing : "phoning", "traitement de la donnée", "scoring", ou encore "business intelligence". En clair, HSK Partners est une entreprise qui aide d’autres établissements à faire du démarchage, au moyen, notamment, de fichiers clients.

TV achat avec Pierre Bellemare

Second exemple, l’entreprise Amabis, autre administrateur de Bloctel. Là encore, ses directeurs en connaissent un rayon question marketing et information client au service des professionnels. C’est même, à vrai dire, leur spécialité. Valéry Frontère, fondateur d’Amabis, a commencé sa carrière avec la gestion des annuaires "Bottin". Quant à Michel Felice, directeur général, il affiche sur son CV "avoir dirigé pendant presque vingt ans des centres de profits dans le marketing opérationnel, notamment pour la création du TV achat avec Pierre Bellemare".

EN SAVOIR + >> Bloctel est arrivé : stoppez la pub par téléphone

"Gage de sécurité" ou potentiel conflit d'intérêt ?

Pour y voir plus clair sur les coulisses de Bloctel, metronews a interrogé le journaliste du magazine UFC que choisir, Cyril Brosset. Pour lui, le choix de ces gestionnaires est "techniquement compréhensible". "Ces entreprises ne sont pas des inconnues dans le milieu de la communication directe. Elles font ce que l’Etat, ici, ne sait pas faire. Elles savent comment sont présentés les fichiers des sociétés, comment récupérer des fichiers de prospection. Par ailleurs, Eric Huignard, qui gérait auparavant Pacitel (précédente liste rouge, aujourd’hui désuète, ndlr), connaît bien son sujet." Mais le journaliste de nuancer : "C’est vrai qu’il y a potentiellement un conflit d’intérêt auquel il faut être vigilant. Eux aussi travaillent à partir du démarchage téléphonique… et ils n’ont pas intérêt à ce que les consommateurs s’inscrivent en masse sur Bloctel."

Un potentiel conflit d’intérêt ? A cette question, posée par metronews jeudi 9 avril, le président de Bloctel, Eric Huignard, répond "contrôles", "cahier des charges" et "système sécurisé" : "Nous sommes une délégation de service public, donc nous avons des obligations extrêmement renforcées… et le mot est faible", explique-t-il. "Nous avons des contrôles, des audits, nous sommes surveillés par la CNIL (commission nationale de l'informatique et des libertés, ndlr) et la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, ndlr). On a conçu une application informatique hyper-sécurisée. A ceux qui disent ‘vous êtes des deux côtés’ (comprendre du côté de l’anti-démarchage et du démarchage, ndlr), je réponds que c’est plus un gage de sécurité qu’autre chose. De par notre position, on doit être exemplaire." Et le président d’assurer que "bien sûr, le cahier des charges nous interdit d’utiliser pour nous les données du consommateur. Si on ne joue pas le jeu, on peut déposer le bilan tout de suite".

Une peine jusqu'à 5% du chiffre d'affaire

Contacté à plusieurs reprises, l’entourage de la secrétaire d'Etat Martine Pinville a répondu à nos questions ce lundi 13 juin. On nous assure ainsi que "la société Opposetel ne dispose d'aucun droit sur les données collectées". Et de confirmer une étroite surveillance, "plus importante que d'habitude", menée par la CNIL et "des agents de l'Etat affectés au suivi" de l'opération.

Par ailleurs, il nous est précisé que le délégataire de service public, en cas de manquement, peut être "sanctionné à une peine allant jusqu'à 5% du chiffre d'affaire". 

Lire et commenter