Boom des boites automatiques : réduction du prix du permis, du nombre d'heures de conduite... comment les auto-écoles s'adaptent-elles ?

Boom des boites automatiques : réduction du prix du permis, du nombre d'heures de conduite... comment les auto-écoles s'adaptent-elles ?

VROUM - C'est encore plus vrai cette année : les voitures à boite automatique ont le vent en poupe. Si auparavant, il fallait maîtriser la boite à vitesse manuelle pour être considéré comme un pilote, les choses changent, notamment chez la jeune génération. La preuve en est : les "permis de conduire automatiques" explosent et possèdent de nombreux atouts.

D’année en année, les boites automatiques grignotent des parts de marché. Outre-Atlantique, il n’existe quasiment plus de voitures à transmissions manuelle, au point qu’Audi vient d’annoncer qu’il n’en proposerait plus dès 2019. En France, nous n’en sommes pas encore là mais nous en prenons le chemin. En 2017, les ventes automatiques ont fait un bond spectaculaire : +25%. Ces véhicules représentent aujourd’hui au moins un quart des véhicules neufs. Et la tendance devrait s’accélérer.

"C’est un phénomène de société, c’est le rapport à l’automobile qui a changé"- Patrick Mirouse, PDG de l’UNIDEC

Face à ce changement du parc automobile, les auto-écoles s'adaptent et se sont mises, elles aussi, à en acquérir pour les proposer à leurs élèves. "C’est un phénomène de société, c’est le rapport à l’automobile qui a changé", analyse Patrick Mirouse, PDG de l’Union Nationale Intersyndicale Des Enseignants de la Conduite (UNIDEC). "Chez les jeunes, l’automobile sert juste à se déplacer, que ce soit en covoiturage, avec une voiture que vous louez ou avec votre propre voiture et si en plus, elle est plus facile avec une boîte auto et bien tant mieux !".

Et de fait, les jeunes préfèrent de plus en plus passer le permis dit "automatique", un permis qui ne permet que de conduire des voitures à boite automatique. Out le permis manuel. Olivier Vandendriessche, coordinateur dans une auto-école lilloise (Nord) l'a bien vu. Son enseigne propose depuis plus d'une quinzaine d'années le permis automatique qui, à la base, était destiné à un public très spécifique : les personnes handicapées et les seniors. Mais ces deux dernières années, le public s'est transformé. Au point que de nombreuses autres écoles ont passé le pas. Et le plus souvent, les véhicules possèdent seulement la seule boite motorisée, et aucun équipement "handi" spécifique. "Avant, on était les seuls à pratiquer la boite automatique mais beaucoup ont vu le vent tourner", observe le Nordiste. "Il y a maintenant une concurrence."

En vidéo

Boîte automatique ou manuelle, laquelle choisir ?

Au-delà d'une évolution de la société, les constructeurs ont aussi mis le paquet. "Les automatiques de maintenant n'ont plus rien à voir avec celles d’il y a 10 ans ou 15 ans. Là quand vous appuyez sur l’accélérateur, ça part", raconte-t-il . "Il y a aura toujours des amoureux de la conduite, mais finalement on ne peut plus parler de conduite, c’est du pilotage. Pour la conduite de tous les jours, regardez les taxis", donne-t-il en exemple. "Ils n’ont que des véhicules automatiques, ce n’est pas pour rien. La tendance, elle s’inverse."

"Ce n’est plus réservé aux grosses cylindrées", abonde Patrick Mirouse,  du syndicat des auto-écoles Unidec. "Maintenant, il y a des boites automatiques sur des petits modèles, des Renault, Peugeot, Toyota. Et les voitures électriques sont pratiquement toutes en boite automatique." Et d'ajouter, dorénavant "ça n’a aucune valeur ajoutée de passer des vitesses."

Il n'y a plus de calage – c’est déjà beaucoup ! – et le démarrage en côte, alors là, c’est une vraie rigolade !- Olivier Vandendriessche, coordinateur dans une auto-école lilloise

Alors bientôt la fin des véhicules à transmissions manuelle ? Pour les professionnels de la conduite, c'est une certitude et ce n'est pas un problème, au contraire. Parmi les avantages donc, la facilité de prise en main. 

"C’est beaucoup plus simple pour les élèves", avance Jean-Marc Mesguich, directeur d’auto-école à Marseille (Bouches-du-Rhône). "Quand ils passent d’une boîte manuelle à une boîte automatique, ils apprécient énormément, ils sont dégagés de tout problème mécanique, de problèmes de synchronisation. On ne dirait pas, il faut être dans le métier pour le voir mais il y a beaucoup de gens qui sont embêtés par cette boite de vitesse, l’embrayage mécanique." "Il n'y a plus de calage – c’est déjà beaucoup ! – et le démarrage en côte, alors là, c’est une vraie rigolade, il n’y a plus de tenue d’embrayage", rajoute Olivier Vandendriessche. 

Un apprentissage plus aisé qui a même conduit à modifier les méthodes des auto-écoles pour les permis classiques. Certaines d'entre elles "font commencer sur boite auto pour bien comprendre le fonctionnement,  et une fois qu’on a l’environnement, elles passent sur boite mécanique. Ça modifie le processus", explique le président de l'UNIDEC. 

D'autres élèves s'arrêtent à la première étape : "On avait des gens avant qui étaient capables d’avoir un nombre d’heures énormes en boite manuelle qui, du coup, bascule en boite automatique et vont de fait réduire un gros volume d’heures. Après ce n’est pas une solution miracle", avertit-il tout de même.

Le permis automatique : un permis à bas coût

En 2016, la réforme du permis de conduire a accompagné cette évolution. Le nombre d'heures minimum pour un permis automatique a été abaissé à treize heures contre vingt pour un permis manuel, même si dans la réalité, il est difficile de finaliser une formation si vite. "La moyenne nationale, c’est une trentaine d’heures pour une boîte mécanique et vous enlevez facilement de sept à dix heurs pour la boite auto, ce n’est pas rien", relève Patrick Mirouse.

Surtout qu'un nombre réduit d'heures signifie aussi un coût bien plus faible du permis. "En fonction du lieu géographique où vous vous trouvez, ça fait entre 280 à 350 euros d’économies".  Une sacrée réduction que mettent en avant tous les professionnels du secteur. 

Et pour ceux qui souhaiteraient basculer vers un permis manuel, il n'est plus nécessaire de repasser un examen, il suffit de passer une formation de 7 heures, à l'issue de laquelle l'école de conduite délivre une attestation. "Parfois, c'est juste que la voiture qu'ils utilisent pour le travail est en manuel", rapporte Jean-Marc Mesguich. Mais en réalité, peu de gens reviennent. "On n’a pas beaucoup de retour", assure son confrère lillois, "généralement les gens qui ont goûté la boite automatique restent en boîte automatique", 

Et ce n'est pas fini...

Pour Patrick Mirouse, cette prédominance de la boite automatique n'est qu'un début. "Les voitures sont de plus en plus informatisées aussi, la voiture autonome c’est presque demain. On mise là-dessus et on en est ravis parce que tout ce qui vient faciliter la vie du conducteur et renforcer sa sécurité c’est bien. Notre métier va constituer à apprendre aux citoyens à maîtriser ces nouveaux véhicules."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : un cas positif identifié sur l'île de la Réunion, le premier cas détecté en France

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.