Bracelets Rainbow Loom : des contrefaçons dangereuses pour la santé

SOCIÉTÉ
DirectLCI
CONSO - Des chercheurs britanniques ont analysé la composition de pendentifs destinés à être accrochés à des bracelets Rainbow Loom, ces bijoux à base d'élastiques qui font fureur cet été. Plusieurs produits contenaient des taux de phtalates dépassant largement les normes européennes.

Ils sont l'un des phénomènes de l'été. Les bracelets Rainbow Loom, à tresser soi-même à l'aide d'élastiques, fleurissent aux poignets des petits et des moins petits. Mais cette mode n'est pas sans dangers pour la santé. Si la composition des élastiques de la marque Rainbow Loom ne pose pas problème, le fabricant précisant qu'elles sont "sans latex, sans phtalates et sans bisphénols", il n'en est pas de même pour les pendentifs qui peuvent les orner.

Aussi appelés charms, ces bijoux de plastique en forme de cœur, d'animaux ou encore de fleurs sont destinés à être accrochés aux bracelets. De nombreuses contrefaçons sont disponibles à bas coût, au prix de dangers non négligeables pour la santé des enfants.

A LIRE AUSSI >> C'est quoi ces bracelets loom dont les enfants raffolent ?

C'est un laboratoire anglais qui a tiré le signal d'alarme. Selon le Birmingham Assay Office, cité notamment par le Telegraph , plusieurs produits présents sur le marché recèlent des substances controversées à des taux largement supérieurs aux normes. En cause, notamment, les phtalates, dont certains sont soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens provoquant des naissances prématurées, des problèmes de fertilité et des cancers . Sur les 16 marques de produits peu chers testés par les chercheurs, plusieurs dépassaient allègrement le taux maximum autorisé de 0,1% de phtalates, deux en contenant même plus de 50 %.

Ces pendentifs sont particulièrement dangereux du fait du contact direct et prolongé avec la peau des enfants. Celle-ci, plus fine que celle des adultes, laisse par ailleurs davantage passer les toxines dans le sang. Pire, les plus jeunes peuvent être tentés de porter les pendentifs à la bouche, alors que l'ingestion de ces molécules toxiques est particulièrement dangereuse.

Comment protéger les enfants ? Le plus sûr est de vérifier, avant d'acheter le pendentif, de vérifier sur l'emballage qu'il comporte bien la mention "CE" attestant que le produit répond aux normes européennes.

EN SAVOIR + >> Trois conseils pour se préserver des perturbateurs endocriniens

Lire et commenter