Brest lance le premier téléphérique urbain en France

Société
DirectLCI
INAUGURATION – Ce samedi 19 novembre, Brest a lancé son service de téléphérique urbain, le premier en France, en présence de Ségolène Royal. Une coupure d’électricité est cependant venue perturber la fête.

Brest innove. Samedi 19 novembre sonnait le jour du lancement d’un service de téléphérique urbain, le premier du genre en France, après trois ans de travaux. Les deux capsules noires relieront les deux rives de la Penfeld, la rivière traversant la ville, et permettront de desservir le futur quartier des Capucins, où seront installés notamment un multiplex et une médiathèque.


L’inauguration était donc prévue samedi matin à 10 heures, en présence de la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. "C’est une grande première nationale, voire internationale", a-t-elle ainsi déclaré. "Le transport urbain par câbles, c’est le futur. Avec ce système, on remarque tout de suite l’absence de bruit, de pollution, de bouchons, et cela coûte beaucoup moins cher qu’un pont".


La ville a opté pour un téléphérique à 19 millions d’euros car une passerelle coûtait plus cher, entre 30 et 60 millions d’euros selon les chiffres de Brest Métropole Océane. Et pourtant, "au démarrage, le projet paraissait un peu farfelu dans l’esprit de certains. C’est malheureux", déclarait la veille du lancement le président PS de Brest Métropole, François Cuillandre.

Une mise en service perturbée

Mais, c’était sans compter sur une panne électrique. Alors que le téléphérique devait être ouvert au public dans le milieu de la matinée, une coupure de courant a immobilisé la toute première cabine lancée, transportant des journalistes, alors que celle-ci arrivait à destination. Selon Philippe Pennissier, directeur de la société Seirel, spécialiste des transports par câbles qui a installé la partie électrice du service, "le courant a été coupé volontairement pendant le trajet de la cabine".


Cependant, Ouest France fait état de son côté de plusieurs fusibles fondus et d’une coupure d’électricité affectant également le concept store bas de Siam. Ce n’est que vers 11h30 que le courant a été rétabli. Après quoi, Ségolène Royal a elle-même effectué la traversée. Côté habitants, la file d’attente était longue près de la nouvelle station Jean-Moulins, en bas de la rue de Siam. Certains étaient même venus en tenue de ski.

Une fierté brestoise

D’une surface de 13m², les deux nacelles, ovales, entièrement vitrées et au design d’inspiration marine, offrent une vue à 360° de la ville avec son port, son château du XVIIe siècle et sa base militaire, notamment. Les cabines peuvent transporter jusqu’à 60 personnes chacune et fonctionner avec des vents de près de 110 km/h. Une partie des vitres se teinte à l’approche des habitations, afin de préserver l’intimité de leurs résidents. Un hublot, placé au sol, permet également une vue de la Penfeld, quelque 70 mètres plus bas.

Le service de téléphérique permettra de désengorger les deux ponts reliant habituellement les deux rives de la ville. Il transportera en moyenne 1 850 personnes par jour, soit 675.000 individus par an, grâce à un fonctionnement sur 358 jours dans l’année, entre 7h30 et 00h30. Une fierté pour François Cuillandre. "Brest encore à la pointe, ici c’est Brest", a-t-il déclaré lors d’une courte prise de parole, aux côtés de Ségolène Royal.

En vidéo

Le téléphérique urbain, un mode de transport qui décolle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter