Comment gérer les écarts de salaires dans son couple ?

Comment gérer les écarts de salaires dans son couple ?

Société
DirectLCI
EX AEQUO - Qui paie les courses ? Et la nounou ? Au sein d'un couple, ne pas être sur le même pied d'égalité concernant le salaire peut engendrer de nombreux conflits. LCI a demandé à deux conseillères conjugales comment gérer ces écarts sans esclandres.

On ne l’a que trop dit : l’argent ne fait pas le bonheur. Encore moins l’inégalité pécuniaire. Selon les recherches de Patrick Ishizuka, docteur à l'université de Cornell (État de New York) et spécialiste des questions démographiques parues en avril dans la revue Demography, les écarts de salaire au sein d’un couple peuvent même aller jusqu'à favoriser une séparation. Et on le sait, des inégalités salariales, il en existe : pour rappel en France, à poste de travail équivalent, une femme gagne en moyenne 9% de moins qu’un homme. Tous postes confondus, en prenant en compte le revenu annuel net, les femmes touchent en moyenne un salaire inférieur de 24% à celui des hommes (17 740 euros, contre 23.260 euros). 


Alors comment éviter de tout gâcher ? LCI a posé la question à Christine Saunier et Marie Vautherin, respectivement conseillères conjugale et familiale à Antibes et Reims.

Comprendre son propre rapport à l'argent

"Il n'y a pas de recette miracle" avertit tout d'abord Christine Saunier. Le secret, selon la conseillère conjugale et familiale ? La communication. L'argent ne doit avant tout pas être un tabou. D'autant plus si des questions sur son partage au sein du couple se posent. Un point de vue que partage Marie Vautherin. "Il faut que ça soit parlé et non subi, explique-t-elle. Il faut que le couple trouve le chemin qui est le mieux pour lui. Et ce ne sera peut-être pas le mien, ni le vôtre, ni celui de quelqu'un d'autre. Ce sera le leur".


Car, selon l'histoire et la situation de chacun, les solutions trouvées peuvent être totalement différentes d'un couple à l'autre. Sans que l'une soit meilleure que l'autre. "Les personnes ne sont pas toujours conscientes de la façon dont elles peuvent être empreintes de leurs histoires respectives, de leurs représentations familiales, indique la conseillère rémoise. Par exemple : une femme dont le père est parti et dont la mère s’est retrouvée seule avec les enfants, cela va être extrêmement important pour elle d’avoir un job où elle gagne de l’argent. Parce que si un jour elle vit la même chose que sa mère, elle pourra assurer ça." Un homme qui a toujours vu son père travailler et rapporter de l'argent à la maison aura peut-être lui plus tendance à vouloir reproduire le même schéma, même inconsciemment. En fin de compte, l'essentiel est avant tout de prendre conscience de son histoire, de comprendre les raisons de ses agissements et de sa façon de penser, mais également de comprendre l'autre.

Se poser les bonnes questions

Tout mettre en commun ? Faire pot commun ? Ne rien partager ? Au-delà d'une bonne connaissance de soi et de sa moitié, trouver le modèle idéal pour éviter les vexations et les frictions peut prendre du temps. "Je pense que c’est un sujet très délicat qui mérite de se poser", assure Marie Vautherin. Un moment où il est nécessaire de laisser l’autre parler et d'essayer de ne pas l’interrompre. De partager ses points de vue.


"Il faut même que les choses désagréables puissent se dire", comme le fait d'avoir été blessé par une remarque sur des dépenses considérées comme injustifiées ou irresponsables, souligne-t-elle. D'autre part, certaines questions doivent être posées, selon Christine Saunier : "Quelle est la place de l’argent au sein du couple ? Qu’est-ce qui fait que cela donne lieu à des tensions ? Est-ce une énergie ou un rapport de force ?" Un cheminement qui devrait mettre les choses au clair et éviter les non-dits, et donc les conflits.

Trouver un juste compromis

Si l'entente ne se fait pas naturellement et qu'un compromis doit être envisagé, attention à ce que cela n'aille pas que dans un sens. "La vie de couple, c’est des compromis. Mais attention, chacun doit en faire. Et il faut se dire que ces compromis peuvent être remis en cause au moment où ce sera trop lourd pour l’un des deux", précise Marie Vautherin. Car, pour la conseillère rémoise, peu importe le modèle que le couple choisit (chacun paye autant, chacun paye proportionnellement à son salaire...), celui-ci doit garder en tête qu'il n'est pas établi. "Il peut évoluer parce que le couple évolue, parce que la personne évolue, parce que la situation évolue, parce que tout évolue."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter