Calais : 650 migrants évacués par la police

SOCIÉTÉ
DirectLCI
CLANDESTINS - 650 personnes évacuées. C'est le résultat de l'opération de police visant à déplacer les occupants de trois camps de migrants dans la zone portuaire de Calais, dernière étape avant l'Angleterre.

Peu avant 8 heures ce mercredi matin, sous un ciel couvert et gris, la police a évacué les trois camps de la zone portuaire de Calais, comprenant 650 des 800 migrants en transit dans le Calaisis. La plupart d'entre eux, surpris sous leurs tentes, ont quitté d'eux-mêmes leurs abris lorsqu'ils ont vu arriver les forces de l'ordre. 

Dans le calme et sous les objectifs des nombreuses caméras de journalistes, les policiers, parfois assistés d'un interprète, inspectaient les tentes une à une, évacuant les rares personnes restantes. Les policiers et gendarmes mobiles se heurtaient aux huées et à la résistance de quelques activistes, qui avaient notamment mis en place quelques barricades improvisées, à l'aide de bennes à ordures. 

Une évacuation pour traiter la gale

Cette évacuation vise notamment à éradiquer une épidémie de gale qui touche les migrants depuis plusieurs semaines. Le traitement contre la gale a débuté mardi soir lors de la distribution des repas par l'association Salam. Les migrants ont été invités par les forces de l'ordre à monter dans les bus pour prendre une douche, parfaire leur traitement et rencontrer les agents de l'Ofii (Office français de l'immigration et de l'intégration) pour une analyse de leur dossier, mais les associations les ont dissuadés de monter.

Ce démantèlement – qui concerne le campement dit des Syriens, situé à l'entrée du port de Calais, le campement dit des Africains, situé sur le quai de la Gironde, au bord d'un canal, ainsi qu'un campement situé place Henri Barbusse – devait être "accompagné d'une prise en charge et d'une mise à l'abri des migrants les plus fragiles", selon le préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin.

Sur le même sujet

Lire et commenter