Caméras, murs en béton et policiers : cinq exemples de marchés de Noël sous haute sécurité

Caméras, murs en béton et policiers : cinq exemples de marchés de Noël sous haute sécurité
SOCIÉTÉ

SECURITE - Plan Vigipirate, attentats de Paris et de Nice, arrestations de suspects la semaine dernière... Les marchés de Noël qui se déploient dans toute la France composent, cette année, avec des mesures de sécurité drastiques. Petit tour de ce qui est mis en place dans cinq villes de France.

C’est ça, ou rien. Installer des marchés de Noël sous haute sécurité, ou tout annuler. Depuis plusieurs mois, les maires et adjoints à la sécurité se creusent la tête, en liaison avec les préfectures, pour permettre la tenue de ces évènements très populaires, tout en préservant les fondamentaux : féerie, odeurs de marrons grillés et vin chaud, magie de Noël et tutti quanti. Et c’est parfois un casse-tête. Exemple avec quelques villes. 

A Strasbourg, un marché resserré

Pour son lancement ce samedi, le plus emblématique des marchés de France a eu droit à la visite de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur. Histoire de donner le ton : sécurité, oui, mais sérénité avant tout. L’an dernier, un dispositif avait déjà été mis sur pied, en urgence, après les attentats du Bataclan, avec des effectifs de sécurité renforcés. 

Cette année, des agents de sécurité privés sont aussi mobilisés : ils seront 150, soit 2, 5 fois plus que l’an dernier. Ils complèteront les quelques 660 policiers, gendarmes et militaires qui assurerent la surveillance du site et auront droit de regard et de contrôle de l'identité et des sacs des visiteurs. 

Mais la grosse nouveauté de cette 446e édition est que pour la première fois, les différents marchés de Noël, qui s’étalaient jusque-là sur plusieurs places de Strasbourg (place de la Gare, d’Austerlitz et du Corbeau) sont regroupés sur la Grande-Île, dans le centre historique, pour faciliter les contrôles. Quatre bornes rétractables sont d'ailleurs installées à diverses entrées du cœur de ville, pour en bloquer les entrées aux véhicules, en écho à l’attentat de Nice.  

Palissade et vidéo-surveillance à Nice

Nice, ville meurtrie cet été, entend pour autant briller de tous ses feux pour les fêtes de Noël. Sans oublier le dramatique attentat du camion qui a roulé dans la foule en tuant 86 personnes, la municipalité affirme sa volonté de laisser un peu place à la féérie, avec un Noël nordique, tout en blanc, des sculptures lumineuses, un village d’igloos… Mais pour savourer en paix, la municipalité championne des dispositifs sécuritaires a elle aussi bien peaufiné son plan de défense : comme à Strasbourg, le marché de Noël sera resserré. La soixantaine de chalets est installée à l’intérieur du Jardin-Albert 1er, un lieu clos, et donc plus facile à contrôler que la traditionnelle place Masséna, trop ouverte. 

Surtout, le village de Noël sera fermé par une palissade, structure métallique recouverte de bois haute de 2, 50 mètres. Cinq points d’entrées et de sorties, équipés de portiques détecteurs de métaux, permettront un filtrage pour tous. Un système de comptage permettra aussi de contrôler la jauge, fixé à 4 000 personnes grand max. Cerise sur le gâteau, 45 caméras de vidéoprotection reliées au Centre de supervision urbain sont installées sur le Village de Noël et ses abords.

A Lille, carrément une "fan zone"

Là encore, ça a été un casse-tête pour sécuriser l’un des plus importants marchés de France, qui accueille près d’un million de visiteurs.  La presse locale a même trouvé comment résumer le dispositif : "En gros, la place Rihour ressemblera à la fan zone lilloise de l’Euro 2016", écrit la Voix du Nord. Encore plus fort et plus haut qu’à Nice, le marché est encadré de barrières recouvertes de bâches, hautes de 3 mètres. Des glissières en béton armées seront posées sur les voies d’accès, et le site n’aura qu’une entrée, contrôlée par des vigiles, qui fouilleront tous les arrivants. "Ce n’est pas Fort Knox", assurait, dans la Voix du Nord, le président de la Fédération lilloise du commerce. Pas tout à fait, mais tout de même… 

Une sécurisation ultra-poussée qui a un coût lui aussi poussé, environ 80 000 euros. Une facture tellement salée qu’il avait été évoqué, un temps, l’idée de faire payer l’entrée aux badauds. 

A Nantes, policiers jour et nuit

Il y a deux ans, le conducteur ivre d’une camionnette fonçait dans la foule du marché de Noël, faisant un mort et dix blessés. Un dramatique incident, qui laisse des traces. Depuis, la surveillance a été renforcée sur les places Royale et du Commerce, dans le cœur de la ville, l’un des plus importants du grand Ouest et peut-être l’un de ceux qui a ouvert le plus tôt de France : le 19 novembre dernier. Dorénavant, les issues sont bouclés, l'accès impossible en voiture, les effectifs de sécurité renforcés, et des patrouilles surveillent le site de jour comme de nuit. 

Caméras et fouille de poubelles à Toulouse

Dispositif drastique également, place du Capitole à Toulouse, une place ouverte de tous côtés, sur laquelle le marché de Noël accueille plus de  100.000 personnes. Là aussi, la sécurisation se fait à coup de blocs anti-intrusion, d’effectifs policiers renforcés, et… de caméras vidéos. "Les poubelles seront fouillées plusieurs fois par jour" indique un membre de l'organisation à la Dépêche du midi. 

Alors, cet esprit de Noël, est-il toujours là ?  Les armadas de policiers, de fouilles, de contrôles, de caméras terniront-ils les débauches d'illuminations, de décos féeriques, d'odeurs de vin chaud  ? La maison du père Noël encadrée de militaires, pour la photo, ça donnera quoi ? En tout cas, il va sans doute falloir s'habituer. "Nous sommes partis pour dix ans", estime ainsi le président de la Fédération lilloise du commerce dans la Voix du Nord. "En ce sens, ce marché 2016 nous servira de base de lancement pour les prochaines éditions." Les recettes sécuritaires sont en train de se peaufiner, mais un cap est franchi.

Lire aussi

    En vidéo

    VIDEO. JT WE – Le fabuleux marché des illuminations de centre-ville

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent