Campagne publicitaire jugée sexiste de Saint Laurent : les affiches ont été rétirées

Campagne publicitaire jugée sexiste de Saint Laurent : les affiches ont été rétirées

PASSÉ DE MODE - Les affiches de Saint Laurent accusées de véhiculer des "images dégradantes" de la femme ont été retirées, indique vendredi l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité. Elle avait demandé en début de semaine à la maison de couture de mettre fin à cette campagne publicitaire.

Elles ont d’abord choqué les passants dans la rue, avant que l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) ne monte au créneau lundi en estimant qu'elles étaient "dégradantes". Les affiches de la dernière campagne publicitaire de Saint Laurent ont finalement été retirées dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué vendredi Stéphane Martin, directeur général de l'ARPP. 

L'autorité chargée de réguler la publicité a expliqué avoir reçu via son site quelque 200 plaintes pour "de multiples motifs" : "images dégradantes", "femmes-objets", "valorisation de l'anorexie" et "même incitation au viol. Sur l'une des deux affiches en question, une mannequin apparaissait jambes écartées, en talons et collant résille. Sur l'autre, une jeune femme en talons aiguilles et patins à roulettes était penchée sur un tabouret dans une position dite explicite. Toutes deux étaient évidemment d’une maigreur effrayante.

Lire aussi

La ministre Laurence Rossignol avait demandé son "retrait" jeudi

Mardi des féministes du collectif Les Effronté-e-s avaient réagi en entrant dans la boutique Yves Saint Laurent, place Saint-Sulpice, pour une action coup de poing. "La femme est un être humain, pas un objet : ni table, ni un tabouret, ni aucun élément du mobilier", clamait Fatima Benomar, porte-parole du collectif, avant que le service d'ordre ne l’oblige à sortir du magasin.

La ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, s'était à son tour prononcée jeudi pour le "retrait" de la campagne , estimant qu'elle mettait "la femme dans une position humiliante". La maison Saint Laurent avait visiblement pris les devants.

En vidéo

Loi santé : un député dépose deux amendements contre l'anoréxie et la dénutrition des mannequins

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - 100.000 morts du Covid : "Nous n’oublierons aucun visage, aucun nom", promet Emmanuel Macron

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Lire et commenter