Caumont-sur-Durance : le village qui invente la mutuelle de demain

Caumont-sur-Durance : le village qui invente la mutuelle de demain

Société
DirectLCI
INITIATIVE – La petite commune de Caumont-sur-Durance, dans le Vaucluse, a négocié un contrat collectif de complémentaire santé pour ses administrés. Une initiative qui commence à intéresser de nombreuses villes.

Le chiffre est édifiant : trois millions de Français n'ont pas les moyens de se payer une mutuelle. Mais dans un petit village du Vaucluse, d'irréductibles élus ont décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Caumont-sur-Durance, 4.600 âmes, s'est doté d'une complémentaire santé réservée à ses administrés. Un modèle social qui donne des idées à d'autres communes...

L'histoire débute en 2012 lorsque l'adjointe aux affaires sociales constate que de nombreux habitants n'ont pas de mutuelle. "Comme ils n'avaient pas non plus la couverture maladie universelle (CMU), réservée aux plus démunis, ils renonçaient à se soigner", explique au Parisien Véronique Debué. Un appel d'offres est lancé : l'idée du village est de négocier, au nom de plus de 200 familles volontaires, une complémentaire de qualité et bon marché. Le choix se portera sur la Mutuelle générale d'Avignon.

"1200 euros d'économie"

Un an après, l'initiative est un succès. Plus de 293 foyers adhèrent à la complémentaire du village pour 47 euros par mois. Un tarif préférentiel obtenu grâce à l'effet de groupe, "largement plus bas" que ce qu'auraient obtenu individuellement les habitants de Caumont. Selon Véronique Debué, certains auraient même "économisé plus de 1.200 euros par an pour des prestations souvent supérieures". Et le nombre d'adhérents devrait continuer à grossir, certains n'attendant que la date de résiliation de leur complémentaire santé actuelle.

Une solution innovante qui intéresse aujourd'hui d'autres villes françaises. "J'ai reçu des appels d'élus ou de candidats aux municipales de plus de 300 communes. Pour certains, il s'agissait de véritables appels au secours. Tous voulaient nous copier", raconte l'élue au quotidien. Cette commerciale a même décidé d'ouvrir un cabinet de conseil pour aider d'autres mairies à se doter d'une mutuelle locale. A plus grande échelle, Bordeaux et Paris seraient également intéressées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter