Ce que l'on sait du jeune conducteur tué par un policier à Nantes

Ce que l'on sait du jeune conducteur tué par un policier à Nantes
SOCIÉTÉ

ENQUÊTE - Le calme semble être revenu à Nantes après une nuit de violences urbaines provoquées par la mort d'un jeune homme lors d'un contrôle policier. L'heure est maintenant à l'enquête. L'inspection générale de la police nationale (IGPN) est chargée de faire la lumière sur les faits. Déjà, de premiers éléments sur le jeune conducteur ont été révélés. LCI fait le point.

On en sait un peu plus sur le jeune conducteur mort dans la soirée de mardi après avoir reçu une balle tirée par un policier lors d'un contrôle routier. Selon une source proche de l'enquête, la victime venait de fêter ses 22 ans et était originaire de Garges-lès-Gonesse (95). Elle était connue des services de police pour différents faits de droit commun, notamment vol par effraction, menace de mort, vol en bande organisée et association de malfaiteurs. 

Selon nos informations, depuis le 15 juin, le jeune homme faisait l'objet d'une fiche de recherche : un mandat d'arrêt avait été lancé à son encontre  dans le cadre d'une procédure pour vol en bande organisée et recel. Les forces de l'ordre avaient pour instruction d'interpeller l'intéressé s'ils venaient à le retrouver.

En vidéo

Violences urbaines à Nantes après la mort d'un jeune tué par la police

Deux versions s'opposent

Selon le ministère de l'Intérieur, le drame est survenu suite à un simple contrôle de police. Après deux récentes fusillades dans le quartier nantais du Breil, des CRS étaient déployés sur place depuis une semaine. Ce sont eux qui arrêtent vers 20h30 mardi le conducteur pour non-port de la ceinture de sécurité. 

L'individu n'a pas de pièce d'identité sur lui et aurait donné un faux nom. Après vérification, les forces de l'ordre réalisent que le véhicule arrêté est inscrit au fichier des véhicules signalés, dans le cadre d'une procédure pour trafic de stupéfiants, nous indique-t-on place Beauveau.

Le jeune homme a alors tenté de prendre la fuite en effectuant une marche arrière. Selon les CRS, un agent aurait été percuté, entraînant le tir d'un de ses collègues. C'est sur ce dernier point que des témoins de la scène, interrogés par LCI, contestent la version des forces de l'ordre. Selon eux, aucun agent n'a été touché et l'usage d'une arme à feu n'était aucunement justifié.

La victime est décédée vers 22h30 à l'hôpital. L'IGPN poursuit actuellement son enquête.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter