Ce qu'on a entendu au meeting islamophobe de Génération Identitaire

Ce qu'on a entendu au meeting islamophobe de Génération Identitaire

Société
DirectLCI
EXTREME DROITE - Génération identitaire a organisé un meeting samedi à Paris dans le 9e arrondissement. Le but : rameuter ses troupes pour défiler lors de la Manif pour tous de ce dimanche et déverser sa haine de l'islam et des musulmans. Metronews était présent.

"Le lieu du meeting sera annoncé au dernier moment, demain (samedi, ndlr) sur notre page Facebook". C'est avec la plus grande prudence et dans la plus grande discrétion que Génération Identitaire, rassemblement des différents groupuscules identitaires français, a organisé un meeting parisien, samedi, dans le 9e arrondissement de la capitale, à la veille du retour dans la rue de la Manif pour tous.

Ces 200 militants venus écouter leur porte-parole savent en effet qu'ils sont surveillés par les renseignements généraux après leurs quelques actions coup de poing : "patrouilles anti-racaille" à Lille, occupation du siège du PS à Solférino, occupation de la future mosquée de Poitiers, etc. Prudence, donc, et c'est également dans la plus grande discrétion que metronews s'est glissé parmi l'auditoire.

Après avoir franchi la porte de cette salle surveillée par le service d'ordre en gilet jaune, les militants, la vingtaine pour la plupart, écoutent leur porte-parole déplorer la "crise identitaire" en cinq chapitres (défense de la famille, lutte contre la "dictature socialiste", contre la “racaille”, l'immigration et l’”islamisation”). Génération Identitaire entame son discours en déplorant le mariage homosexuel, en refusant que "Robert puisse être maman" ou en condamnant la GPA, pourtant interdite en France. "C'est donc pourquoi, demain une nouvelle fois, nous nous donnons rendez-vous dans la rue ( à la Manif pour tous , ndlr), cette rue que nous n'abandonnerons jamais à la racaille, qu'elle porte des survet' jaunes ou des tailleurs bleus façon Vallaud-Belkacem", scande au micro Loriane Vardon, la femme de Philippe Vardon, président de Nissa Rebela (l’antenne de Bloc identitaire à Nice).

Si la salle exulte, agite les drapeaux identitaires et ne cesse de marteler : "Nous sommes la première ligne", une militante présente à ce meeting, qui n'applaudit jamais les discours qui se succèdent à la tribune, ne parvient plus à cacher son malaise. "En fait je suis étudiante et mon prof de fac est un peu fou. Mon devoir pour lundi c'est de prendre un risque, alors comme je suis militante au Parti communiste depuis mes 18 ans, je suis venue ici. Mais c'est vraiment très dur", confie-t-elle. On peut la comprendre.

Les Gaulois contre "l'altérité islamique"

Après avoir condamné le mariage pour tous, scandé "Hollande démission" et diffusé des vidéos de ces patrouilles anti-racaille ou des actions sur le toit de la mosquée de Poitiers, les discours se portent sur l'islam et les musulmans qu'ils ne supportent pas. "Les Européens sont peu à peu en train de comprendre qu'il existe un 'nous' vieux de 30.000 ans et qu'il existe 'les autres', arrivés il y a moins de 50 ans", affirme un autre porte-parole qui se vante que Génération Identitaire soit le seul groupe à prendre la défense "des Gaulois".

Enfin, le porte-parole lyonnais de GI, Damien Rieu, prend le micro pour exposer la théorie du "grand remplacement" chère à Renaud Camus ou Eric Zemmour. "Nous sommes la génération à la confrontation à l'altérité islamique", déplore-t-il avant de préconiser la "remigration", "c'est à dire le retour volontaire ou non de la majorité des colons non-européens importés en France". Et d'exposer son équation islamophobe : "François Hollande a été élu par plus de 90% de la communauté musulmane. Il est le président du grand remplacement". Pour mieux justifier la violence de ce groupuscule d'extrême droite et la nécessité "de cogner" en "pleine dictature socialiste".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter