"Cela vous marque à vie" : victime d'inceste, la styliste Agnès B. se confie sur LCI

"Cela vous marque à vie" : victime d'inceste, la styliste Agnès B. se confie sur LCI

TÉMOIGNAGE - La styliste française est revenue sur LCI sur les faits d'inceste dont elle a été victime pendant son adolescence.

Elle considère qu'il est de son devoir d'en parler. Invité dimanche soir de l'émission En Toute Franchise sur LCI, la styliste française Agnès B. est revenue une nouvelle fois sur son enfance douloureuse et au cours de laquelle elle fut victime d'inceste. Victime d'attouchements de la part de son oncle au début de son adolescence, Agnès Troublé raconte s'être enfermée dans le silence pendant plusieurs années avant de mettre un nom sur ce terrible épisode de sa vie.

"À 16 ans je me dis: c’est pas possible. J’en parle à ma mère qui réagit à peine ce qui m’a fait du mal", raconte la styliste à Adrien Gindre, "je me suis mariée à 17 ans pour échapper à ça aussi. Sans doute. Sûrement même"

Toute l'info sur

Inceste : la parole se libère

Un film qui fait écho à l'enfance de la styliste

Aucune poursuite judiciaire n'a été engagée pour ces faits, et il faudra de longues années avant qu'Agnès B. ne partage son histoire: "j'étais très timide, j’ai commencé à en parler vers 30 ans je crois quand j’ai eu la boutique rue du Jour où je me suis sentie tout à coup épanouie avec mon deuxième mari"

L'ouverture de cette première boutique mais aussi la sortie d'un film qu'elle a écrit et réalisé offrent comme une espèce d'"exorcisme". Intitulé "Je m'appelle Hmmm...", le long-métrage, sorti en 2014 narrant l'histoire d'une préadolescente déboussolée, fait écho à l'expérience qu'a vécue et qui a "sûrement" forgé en partie la styliste.  

"C’est ça qui m’intéresse dans toute cette histoire, c’est d’avoir réussi à en faire quelque chose finalement (de cette expérience, ndlr)", explique Agnès B. Comme une libération face ce traumatisme qui "marque à vie, tout simplement, c'est une chose qui vous marque à vie"

Pour la créatrice de mode, revenir aujourd'hui sur les faits d'inceste dont elle a été victime il y a des décennies vise à rappeler que ces histoires arrivent "dans tous les milieux". "C'est pas du tout que j’ai envie d’en parler, mais je me sens un peu obligée de le faire pour essayer de protéger d’autres enfants", explique Agnès B. sur notre antenne. 

C'est compliqué d'en parler- Agnès b.

Selon elle, le tabou autour de ce sujet de société qu'est l'inceste "est en train de tomber", notamment depuis la parution de l'ouvrage de Camille Kouchner dans lequel elle accuse le politologue Olivier Duhamel d'inceste sur son frère jumeau. Quant aux multiples témoignages partagés sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MeTooInceste, Agnès Troublé considère que "c'est notre époque qui veut ça [...] les réseaux sociaux sont tellement présents, importants, ils font tellement de choses. Mais l y a aussi des dégâts terribles par les réseaux sociaux".

Consciente des dommages collatéraux au sein des familles qu'entraîne cette libération de la parole, la styliste estime qu'ils sont nécessaires même s'ils sont parfois "très difficiles". "Cela fait des ravages autour, c’est compliqué de parler de ça, de témoigner. Cela fait beaucoup de mal en fait", affirme Agnès B. 

Interrogée enfin sur l'annonce du gouvernement de fixer à 18 ans le seuil d'âge de non-consentement en cas d'inceste, la styliste salue le fait que la justice se penche désormais sur cette question : "le fait qu’on puisse retourner en arrière beaucoup plus loin ce qui n’était pas le cas"

Lire aussi

"Cela ouvre des portes. Cela change des choses, sûrement, mais est-ce que ça va être dissuasif?", s'interroge enfin Agnès B., "je n’en suis pas sûre, je ne suis même pas sûre que les prédateurs se rendent compte de ce qu’ils font".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

EN DIRECT - Covid-19 : Castex envisage "des mesures supplémentaires" face à la situation au Brésil

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

"Sofagate" : la mise en garde d'Ursula von der Leyen à Charles Michel

Lire et commenter