Cerf abattu dans un jardin dans l'Oise : Nicolas Hulot dénonce la chasse à courre, "une pratique d'un autre âge"

Cerf abattu dans un jardin dans l'Oise : Nicolas Hulot dénonce la chasse à courre, "une pratique d'un autre âge"

DirectLCI
RÉACTION - Nicolas Hulot a plaidé auprès de 20 Minutes pour un questionnement de la société sur la pratique de la chasse à courre "qui prolonge l'agonie" des animaux.

Des pratiques d'un "autre siècle". L'affaire du cerf abattu dans le jardin d'un pavillon de Lacroix-Saint-Ouen (Oise) le 21 octobre aura fini par faire réagir le ministère de la Transition écologique. "A la lumière de cet événement-là, je ne pense pas que la chasse à courre fasse l’unanimité, y compris dans l’univers de la ruralité", a déclaré Nicolas Hulot à 20 Minutes, qui a dénoncé "une pratique d'une autre époque". "Tout cela met en évidence qu’il faudrait ouvrir un débat de société sur ce type de pratique de chasse qui interroge de plus en plus l’opinion publique", a ajouté le ministre d'Edouard Philippe. 

Cette chasse à courre qui prolonge l’agonie, qui met les animaux dans un état de panique, cela doit nous pousser à nous questionner.Nicolas Hulot

La scène, filmée par des militants anti-chasse et diffusée sur les réseaux sociaux, avait suscité un tollé. Elle montrait le cerf ayant trouvé refuge dans un jardin, finalement abattu par un chasseur lors d'une chasse à courre organisée en forêt de Compiègne. "Je peux m’accommoder d’une chasse qui ne laisse pas le temps aux animaux de souffrir et qui joue son rôle de régulation. Mais cette chasse à courre qui prolonge l’agonie, qui met les animaux dans un état de panique, cela doit nous pousser à nous questionner. Nous sommes en 2017, ces pratiques-là remontent à d’autres siècles", a jugé Nicolas Hulot. 

En vidéo

Un cerf tué par des chasseurs dans un jardin de l'Oise

Si le ministre ne se prononce pas sur la légalité ou non des faits, il estime "choquant qu'on puisse, comme ça, entrer dans une propriété privée" pour y abattre un animal sauvage. Nicolas Hulot a également annoncé à 20 Minutes son intention d'engager en 2018 "une réflexion sur la condition animale" afin de "limiter au maximum le stress et la souffrance des animaux". 


Le maître d'équipage qui a abattu le cerf a été sanctionné par la société de vénerie qui l'a suspendu jusqu'à la fin de la saison. Le reste de son équipage est lui suspendu pour un mois. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter