Certificat médical, photos retouchées... La fin des mannequins trop maigres (en France) ?

DirectLCI
SOCIETE - Deux textes publiés vendredi au Journal officiel obligent dorénavant les mannequins à fournir un certificat médical pour exercer leur activité. Les photographies retouchées pour modifier la silhouette devront par ailleurs le mentionner.

Quel impact auront réellement ces mesures ? La réglementation sera-t-elle appliquée ? Difficile encore à dire. Mais ce samedi entre en vigueur la loi "mannequins", qui vise à empêcher l’extrême maigreur des mannequins qui défilent. Deux textes destinés à "prévenir les troubles du comportement alimentaire", notamment chez les jeunes ont été publiés vendredi au Journal officiel.


Première mesure, les mannequins devront fournir un certificat médical pour exercer leur activité. Ce certificat médical sera délivré par la médecine du travail, "dans le cadre des visites d'information et de prévention ou des examens médicaux d'aptitude" prévus par le code du travail, détaille l’arrêté publié vendredi.

Prévenir quand l'apparence a été retouchée

Valable deux ans maximum, il attestera "que l'état de santé global de la personne (...), évalué notamment au regard de son indice de masse corporelle, lui permet l'exercice de l'activité de mannequin". Cette mesure entre en vigueur dès samedi et s'applique aussi aux mannequins d'un autre pays de l'espace économique européen lorsqu'ils exercent en France.

Autre mesure, destinée, elle, au public, le fait que les photographies qui ont retouchées pour modifier la silhouette devront le mentionner. A partir du 1er octobre, "il sera obligatoire d'accompagner les photographies à usage commercial de la mention "photographie retouchée" lorsque l'apparence corporelle des mannequins a été modifiée par un logiciel de traitement d'image, pour affiner ou épaissir leur silhouette", indique le ministère de la Santé dans un communiqué.

La profession associée au texte

Cette obligation concerne les photographies "insérées dans des messages publicitaires" dans la presse, sur des affiches, sur internet ou encore dans les catalogues et prospectus, précise le décret publié vendredi. "La profession a été associée à la rédaction de ces textes et donc informée en amont", a précisé le ministère. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne est considérée comme maigre lorsque son indice de masse corporelle (IMC, qui correspond au rapport entre poids et taille) est inférieur à 18,5. 


Ces deux dispositions "visent à agir sur l'image du corps dans la société pour éviter la promotion d'idéaux de beauté inaccessibles et prévenir l'anorexie chez les jeunes", ainsi qu'à "protéger la santé d'une catégorie de la population particulièrement touchée par ce risque : les mannequins", explique le ministère. Elles avaient été votées dans la loi Santé de janvier 2016, mais les textes d'application n'avaient toujours pas été publiés.

En vidéo

VIDEO. Mannequinat : un rêve nommé Elite

Initialement, le projet de loi prévoyait un IMC minimal pour pouvoir exercer la profession de mannequin, mais il avait ensuite été modifié pour redonner sa place au médecin du travail et élargir l'examen à d'autres paramètres. Les troubles du comportement alimentaires touchent environ 600.000 jeunes en France (dont 40.000 anorexiques) et sont la 2e cause de mortalité chez les 15-24 ans après les accidents de la route.


A l'étranger, Madrid a été la première capitale européenne à prendre des mesures, interdisant en septembre 2006 les mannequins en dessous d'un IMC de 18 au Pasarela Cibeles, grand rendez-vous de la mode madrilène.  En Israël, selon la loi dite "Photoshop", votée en 2012, il est interdit de présenter une publicité avec un mannequin qui a l'air d'être trop maigre, interdit d'engager comme mannequin une personne trop maigre (avec un IMC inférieur à 18,5) et interdit d'utiliser un logiciel de retouche pour montrer un mannequin plus mince que dans la réalité sans le préciser. L'Italie, le Chili et la Belgique ont aussi pris des dispositions législatives ou réglementaires similaires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter