Ces manifestations entrées dans l'histoire

Ces manifestations entrées dans l'histoire

RASSEMBLEMENTS - Alors que centaines de milliers de personnes défilent dans toute la France, Metronews a révisé son Histoire. Retour sur trois grandes manifestations qui ont suivi des attentats.

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans la foulée de l’attentat contre Charlie Hebdo. Retour sur trois grands rassemblements qui ont marqué l'Histoire à la suite d'attentats ou d'assassinats.

1793 : l’assassinat de Marat

> Les faits :

Député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, Jean-Paul Marat a été assassiné le 13 juillet 1793, par une de ses adversaires politiques Charlotte Corday. A la suite de cet assassinat, une foule de plusieurs milliers de personnes se réunit spontanément, de crainte que la Révolution ne soit menacée.

> L'explication :

"On voyait alors des contre-révolutionnaires partout", commente Guillaume Mazeau, maître de conférences à Paris 1 et spécialiste des phénomènes révolutionnaires. "Le pouvoir politique doit arriver à conjurer la peur, car les terroristes nous placent dans une situation schizophrénique".

1980 : l’attentat de la rue Copernic

> Les faits :

Le vendredi 3 octobre 1980, soir du shabbat et jour de la fête juive de Sim'hat Torah, une bombe explose dans la synagogue de l'Union libérale israélite de France à Paris, rue Copernic. C'est le premier attentat contre les juifs en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’émotion est immense. Quelques jours plus tard, le 7 octobre 1980, près de 200 000 personnes défilent entre Nation et République, rejoints par des hommes et femmes politiques de tous partis confondus.

> L'explication :

"Il s'agit de moments importants mais tout reste à faire", commente Danielle Tartakowsky, professeure d’histoire contemporaine et présidente de l’université Paris 8. "Cela ne suffira pas à résoudre les problèmes à la source".

2004 : le "11 septembre" espagnol

> Les faits :

Alors que les attentats contre les deux tours du World Trade center sont encore tout frais dans les mémoires, dix bombes explosent au matin du 11 mars 2004 dans des trains de banlieue des gares d’Atocha, d’El Pozo del Tío Raimundo, de Santa Eugenia à Madrid. Près de 200 personnes périssent et 1 400 autres sont blessées. Le lendemain, plus d’une dizaine de millions de personnes sont dans la rue.

> L'explication :

"Ces manifestations, un peu comme celles qui ont suivi les meurtres de journalistes de Charlie Hebdo, sont plutôt des rassemblements sous le coup de l’émotion que de véritables ‘mobilisations’", commente Albert Ogien, directeur de recherches au CNRS et directeur de l'Institut Marcel Mauss de l'EHESS, qui a notamment écrit avec la philosophe Sandra Laugier Pourquoi désobéir en démocratie ?. "Elles révèlent un malaise profond qui n’attendait qu’à s’exprimer".

EN SAVOIR +

>> EN DIRECT - La traque des suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo
>> Marche pour Charlie Hebdo : "l'exclusion" du FN divise la classe politique
>> Attentat à Charlie Hebdo : peut-on parler de traumatisme collectif ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

"The Voice All Stars" : Zazie ira en finale sans personne dans son équipe, une première

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.