Maintenir l'heure d'été toute l'année, une bonne ou une mauvaise idée ?

Société
DirectLCI
CHANGEMENT D’HEURE - L’Union européenne veut mettre fin au changement d’heure. Selon le président de la commission, Jean-Claude Juncker, l’heure d’été devrait être retenue toute l’année. Un choix pas forcément très judicieux. On vous explique.

Le maître des horloges, c'est l'UE. La Commission Européenne a finalement fait une proposition de loi pour mettre fin au changement d'heure et pourrait adopter une bonne fois pour toutes l’heure d’été. Bruxelles s’appuie sur une consultation publique menée cet été pour justifier une telle initiative. "Des millions de personnes ont répondu et sont d'avis qu'à l'avenir, c'est l'heure d'été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela", avait déclaré en septembre le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.


Instauré en France en 1976, puis progressivement en Europe au cours des années 80, le changement d’heure est censé permettre des économies d’énergie. Mais au fil des décennies, ce mythe s’est peu à peu effrité. Plusieurs études ont démontré que ce double changement annuel pouvait être nocif pour la santé, en perturbant les rythmes de vie et de sommeil. Depuis plusieurs années, des pays du nord de l'Europe, comme la Finlande, la Lituanie, la  Pologne ou encore la Suède, réclament son abandon pur et simple.

L’hiver à l’heure d’été : des matinées bien sombres

La Commission Européenne n’est pas allé jusqu’à imposer l'heure d'été, mais uniquement de supprimer les deux changements d'heure annuels. C’est donc aux Etats membres de l’UE de décider s’ils décident garder l’heure d’été ou d’hiver, toute l’année. Se pose alors la question de l’heure qui doit être conservée tout au long de l’année en France.


Si elle fait moins rêver, puisque assimilée à la saison des grands froids, l’heure d’hiver est d’abord bien celle qui nous fait dormir une heure de plus. Mais ce n’est pas son seul avantage, elle permet aussi d’avoir du soleil plus tôt dans la journée. Ce n’est pas négligeable : si l’on restait toute l’année à l’heure d’été, en plein hiver nous serions dans le noir jusqu’à 9h30, voire 10h. En effet, cela instaurerait désormais un décalage sur l'heure solaire de deux heures en permanence, soit GMT+2, contre GMT+1 pour l’heure d’été de la plupart des pays européens. Plusieurs secteurs professionnels se verraient alors pénalisés. Cela peut fortement impacter la vie des travailleurs en extérieur, dans le domaine de la construction et de l’agriculture, où la plupart des métiers commencent à l’aube. Cela veut aussi dire que la première récrée des enfants se fera dans la pénombre. De quoi Evidemment, cette heure de soleil de gagnée le matin nous est enlevé le soir. On pense aux douces soirées d’été illuminées jusqu’à 22h… Or c’est également un problème.

Quel impact sur le sommeil ?

Lors d’une heure d’été permanente, l’impact sur la santé, en particulier sur le sommeil, serait également négatif. En fin de journée, quand la luminosité diminue, le cerveau commence à secréter la mélatonine, une hormone qui permet l’endormissement. Or, si on garde l’heure d’été en hiver, l’obscurité arrivera plus tard et décalera ainsi la sécrétion de cette hormone si importante pour un sommeil de qualité.


Selon Leatitia Moreau, membre de l’Association Contre l'Heure d'Eté Double (ACHED), cette décision serait aussi nocive sur le plan environnemental. "Le bilan carbone du système actuel est déjà mauvais en été. Maintenir l’heure d’été toute l’année serait encore pire pour le climat", assure-t-elle. De toute façon, "conserver l’heure d’été toute l’année n’a pas de sens. Ce serait irresponsable", résume-t-elle, se félicitant toutefois que l’Europe veuille enfin mettre fin au changement d’heure.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter