Charlie Hebdo : le beau-frère de Cherif Kouachi soupçonné d'avoir tenté de rejoindre Daech

SOCIÉTÉ
TERRORISME - Il avait un temps été soupçonné d'être le troisième homme du commando. Le beau-frère de Cherif Kouachi -l'un des terroristes de l'attaque contre Charlie Hebdo- a été arrêté à la frontière turque. Les autorités le soupçonnent d'avoir voulu rejoindre Daech. Il avait fait l'objet d'une "fiche S" en août 2014.

Il est soupçonné d'avoir voulu rejoindre Daech. Mourad Hamyd, le beau-frère de Cherif Kouachi -un des terroristes auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015- a été intercepté à la frontière turque, rapporte ce dimanche le JDD . L'homme n'est pas inconnu des services de renseignements : fiché S, il avait un temps été soupçonné d'être le troisième homme du commando meurtrier.

A LIRE AUSSI >>  Chérif Kouachi était proche de figures françaises de l’islam violent

Le 25 juillet dernier, la famille de ce jeune homme âgé de 20 ans, qui vient de terminer sa première année d'université en sciences et technologie, signale sa disparition. Elle craint qu'il ne soit parti rejoindre le groupe djihadiste en Syrie ou en Irak. Le parquet de Charleville-Mézières saisit alors la police judiciaire de Reims qui constate que le jeune homme fait l'objet d'une fiche S en août 2014. Son signalement est diffusé.

Uniforme et gants dans son sac de voyage

Trois jours plus tard, Mourad Hamyd est retrouvé : le jeune homme a été placé en centre de rétention en Bulgarie après avoir été refoulé par la Turquie. Le parquet antiterroriste de Paris ouvre une information judiciaire et délivre un mandat d'arrêt européen. Les autorités ont retracé son périple : l'étudiant a voyagé en train via la Hongrie, la Serbie et la Bulgarie. Dans son sac de voyage, aucun effet ne pouvant laisser penser à un séjour touristique : un uniforme, des gants, de grosses chaussures.

A LIRE AUSSI >>  Charlie Hebdo : l'imbroglio Mourad H.

Son nom était apparu sur les réseaux sociaux le soir du 7 janvier, après la diffusion de l'avis de recherche lancé à la suite du massacre au siège de l'hebdomadaire satirique. Sa grande sœur Izzana était mariée avec Cherif Kouachi, "avec qui nous avons des rapports lointains", déclarait-il alors. La police se demandait s'il n'était pas le troisième homme du commando aperçu le matin même sur un scooter non loin des locaux du journal.

"Je n'ai rien à voir avec cette histoire"

Ses amis s'étaient empressés de disculper le lycéen qui redouble sa terminale S dans un lycée de Charleville-Mézières avec le hashtag #MouradHamydInnocent. Ils assuraient que le jeune homme se trouvait en cours au moment des faits. Accompagné de son père, Mourad Hamyd s'était rendu au commissariat pour s'expliquer et détailler son alibi. Et avait été innocenté.

Quelques jours après les attentats, le jeune homme alors âgé de 18 ans avait déclaré : "On a jeté en pâture mon nom sans vérifications, en me mêlant à ces crimes barbares. J'espère seulement que cela n'entachera pas mon avenir. Je n'ai rien à voir avec cette histoire, je suis un lycéen qui vit tranquillement avec ses parents. Je veux que mon nom soit lavé".

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur les attentats de Paris

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter