Charlie Hebdo : Luz se confie à Vice, tout en sensibilité

Charlie Hebdo : Luz se confie à Vice, tout en sensibilité
SOCIÉTÉ

PORTRAIT SENSIBLE - Le dessinateur de Charlie Hebdo qui a échappé à la tuerie répond aux questions d’une journaliste du magazine américain.

Luz, dessinateur de Charlie Hebdo qui a échappé à l’attentat contre son journal, revient sur cet évènement dramatique dans une interview au magazine américain Vice. Un entretien intimiste où l’on voit un homme sensible qui a beaucoup réfléchi à tout ce qui est arrivé, et s'en montre encore très touché.

Sur la table, des dessins figurant des bonshommes avec des yeux exorbités. Entrée dans l’appartement du rescapé, la journaliste de Vice lui demande ce que c’est. A quoi Luz répond : "Aujourd’hui c’est la première fois que je dessine quelque chose que je traîne dans la tête depuis longtemps (...). J’ai commencé à dessiner des bonshommes… On est des dizaines, des centaines, des milliers, des millions peut-être même plus à être sidérés par la situation."

"Maintenant il va falloir sortir de l’émotion pour dessiner"

Luz explique que le 7 janvier, il était en retard, car c’était son "anniversaire" et il était "resté longtemps au lit avec (sa) femme". Il raconte les traces de sang, la stupeur, le désarroi... et son impuissance y compris matérielle face à la situation, avec cette anecdote, touchante : "Il y avait besoin de ceintures pour faire des garrots. Je me suis rendu compte que je n'avais pas de ceinture. Alors je porte des ceintures maintenant.

Et revenant sur la gestation difficile de la dernière couverture de Charlie Hebdo, Luz explique s’être "adressé" à Mahomet. "Mon pauvre vieux, toi que j'ai dessiné en 2011, qui nous a valu beaucoup d'emmerdes... Quelque part, c'était presque un pardon mutuel qu'on se faisait. Moi en tant qu'auteur, en disant ‘Je suis vraiment désolé de t'avoir foutu là-dedans’, et lui en tant que personnage, qui me pardonnait, qui me disait ‘C'est pas grave, toi, tu es vivant, tu vas pouvoir continuer à me dessiner’ "."Maintenant il va falloir sortir de l’émotion pour dessiner et décrire ce monde bizarre", ajoute Luz à la fin de l'interview.

EN SAVOIR +
>> Luz : “La charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé"
>>
Festival d'Angoulême : une 42e édition très "Charlie"... mais pas que
>>
Menacé, Facebook censure des pages sur Mahomet en Turquie

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent