Charlie Hebdo - "Nous n’oublierons jamais" : recueillement place de la République et sur les réseaux sociaux

SOCIÉTÉ

CHARLIE HEBDO - Pour commémorer les deux ans de l’attentat de Charlie-Hebdo, l’association française des victimes du terrorisme a appelé à un moment de recueillement place de la République samedi 7 janvier à Paris, où plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées. Sur les réseaux sociaux, les messages d'hommage se sont multipliés.

"Deux ans déjà." "Nous n’oublierons jamais." Ce samedi 7 janvier, jour de la tuerie perpétrée par les frères Kouachi dans les locaux de Charlie-Hebdo en 2015, des centaines d'anonymes ont rendu hommage, à leur façon, aux victimes de l’attentat. 

Alors qu’à Paris, les cérémonies d’hommages officielles ont été célébrées jeudi dernier,  l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT) a appelé à un moment de recueillement sur la place de la République samedi soir à 19 h. Quelques centaines de personnes se sont rassemblées dans un hommage sobre aux 17 victimes, dont les noms ont été lus.

Une "toile participative" avait été déroulée au pied de la statue, faite de mains colorées où des dizaines de personnes ont inscrit un message en hommage aux victimes. 

Toute la journée, les souvenirs et les hommages aux victimes s'étaient multipliés sur les réseaux sociaux. 

Et comme il y a deux ans, lors du rassemblement massif qu’il y avait eu place de la République et dans toutes les villes de France, le mot d’ordre reste le même : ne pas tomber dans la peur voulue par les terroristes et continuer à vivre, envers et contre tout.

Coco, dessinatrice de Charlie-Hebdo, crie, elle aussi, sa rage d’aller de l’avant.

Ressortent aussi sur Twitter ces photos du rassemblement du 11 janvier, devenues emblématiques, où des millions de personnes étaient descendues dans la rue, montrant une France unie, sans crainte, face à la haine.

Les 7, 8 et 9 janvier 2015, l'attaque des frères Kouachi, contre la rédaction de Charlie-Hebdo, et celle d'Amedi Coulibaly, à Montrouge et contre l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, avaient fait 17 morts. 

Les hommages officiels ont eu lieu jeudi dernier, courts et sobres, sur les différents lieux des attentats :  rue Nicolas-Appert (XIe arrondissement), devant le siège de la rédaction, puis quelques mètres plus loin, là où est tombé le policier Ahmed Merabet, tué sur le boulevard Richard-Lenoir, et enfin porte de Vincennes, au supermarché casher cible le 9 janvier d'une attaque perpétrée par un autre jihadiste, Amédy Coulibaly. 

L'appel au recueillement de l'association des victimes du terrorisme

La date retenue cette année pour les commémorations, le 5 janvier, alors que les attentats ont eu lieux les 7, 8, et 9 janvier 2015, avait posé question. Les autorités avaient indiqué avoir voulu "organiser les commémorations le même jour, mais samedi c’est Chabbat et lundi, les journalistes de Charlie Hebdo bouclent leur prochain numéro", avait répondu à LCI l'attachée-presse en charge de l’évènement. La mairie de Paris avait, de son côté, invoqué "les agendas des officiels". Du coup, hormis le rassemblement de l'association des victimes du terrorisme à 19 h, rien n'est organisé ce samedi. 

En revanche, la policière Clarissa Jean-Philippe, assassinée par Amédy Coulibaly dans l'exercice de ses fonctions à hauteur du 91 avenue Pierre Brossolette le 8 janvier à Montrouge, n'avait pas fait partie des victimes honorées par le gouvernement ce jeudi. Mais la ville de Montrouge prévoit un dépôt de gerbe de fleurs en sa mémoire lundi à 11h, en présence de la ministre d'Outre-Mer Ericka Bareigts.

Voir aussi

En vidéo

JT 20H – Comment perpétuer l’esprit Charlie deux après les attentats de janvier 2015 ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter