Châtiments corporels : le gouvernement prend le parti des enfants

Châtiments corporels : le gouvernement prend le parti des enfants

EDUCATION - Favorable à une "éducation sans violence", Laurence Rossignol, la secrétaire d'Etat chargée de la Famille veut relancer le débat autour des gifles et de la fessée.

A deux jours de la Journée internationale des droits de l'enfant, le gouvernement veut débattre de la fessée. Laurence Rossignol, la secrétaire d'Etat chargée de la Famille, a confié mardi à Europe 1 son souhait de promouvoir une "éducation sans violence" grâce à une "prise de conscience collective" autour des châtiments corporels.

"On peut être parents et se faire obéir sans recourir à la violence, surtout quand il s'agit de petits enfants", plaide la socialiste. Celle-ci relève que "quand on voit un homme battre sa femme, tout le monde interviendrait ; si on voit deux adultes qui se battent, on va essayer de les séparer ; si on voit quelqu'un qui martyrise un animal, on va intervenir et, en fin de compte, les seuls êtres vivants que l'on peut frapper sans justifier que l'on puisse intervenir, ce sont les enfants."

De la pédagogie avant une loi

Laurence Rossignol juge qu'il y a "probablement quelque chose à travailler collectivement". Elle prononcera mardi soir un discours sur le sujet tandis q'un colloque se tiendra en février, précise l'entourage de la ministre à metronews. "Les lois viennent bien après", détaille-t-elle. La secrétaire d'Etat précise que "le Code civil prévoit déjà que les violences interpersonnelles sont proscrites. Il y a une dérogation pour l'exception éducative. Il faut simplement faire disparaître cette exception éducative des habitudes et des certitudes des parents".

Parmi tous les châtiments corporels, c'est surtout la fessée qui fait le plus polémique. En octobre 2013, la question avait surgi sur la place publique quand un père avait été condamné à 500 euros d'amende avec sursis pour avoir adressé une fessée cul nul à son fils de 9 ans. "On ne veut pas fermer le débat uniquement sur la fessée", insiste le ministère.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.