Chauffeur-livreur, mécanicien, jardinier... Ces métiers où les femmes ont moins de chances d'être embauchées que les hommes

Chauffeur-livreur, mécanicien, jardinier... Ces métiers où les femmes ont moins de chances d'être embauchées que les hommes
SOCIÉTÉ

SEXISME - La Fondation des femmes a mené un testing sur des offres d'emplois dans des secteurs dits masculinisés, c'est-à-dire principalement occupés par des hommes. L'étude met en évidence une discrimination à l'embauche envers les femmes qui souhaiteraient devenir mécaniciennes, jardinières ou chauffeuses.

Conduisez votre voiture dans un garage automobile pour une révision : vous aurez peu de chances d'être reçu par une mécanicienne. Pourquoi ? Parce que les femmes ne s'orientent pas vers des carrières dans la mécanique ? La réalité est en fait plus complexe - et plus pernicieuse - que cela.

C'est en tout ce que démontre ce lundi 5 novembre un testing réalisé par la Fondation des femmes. En l'espace de sept mois (entre mars et octobre derniers), cette institution féministe de référence a envoyé 902 CV en réponse à des offres pour l'emploi de chauffeur-livreur, de mécanicien automobile et de jardinier. En d'autres termes, des métiers dits "masculinisés", principalement occupés par des hommes et perçus, dans l'inconscient collectif, comme des secteurs implicitement réservés à eux seuls. Ces CV - ceux de Julie et Thomas - étaient en tout point identiques : même formation, même expérience, mêmes motivations. Seuls changeaient le genre et les coordonnées.

Voir aussi

Une différence de 22%

Le résultat est probant : sur 299 réponses positives reçues au total - c'est-à-dire des propositions d'entretiens d'embauche - 168 ont été reçues par le candidat Thomas, contre 131 pour la candidate Julie. Très concrètement, dans ces métiers dits masculinisés, les femmes ont donc 22% de chances en moins qu'un candidat d'être rappelées pour un entretien. Précisons que, pour parer l'argument "premier arrivé, premier servi", le CV de Julie a été systématiquement envoyé à l'employeur 24 heures avant celui de Thomas. 

Des plaintes envisagées

Pour la Fondation des femmes, il s'agit là "d'une réelle différence de traitement entre un candidat et une candidate pour l'envoi d'un CV similaire en réponse à une même offre" et "d'une barrière à l'intégration des femmes dans certains métiers". 

Voilà donc qui relativise le préjugé selon lequel, si les femmes sont absentes de ces postes, c'est uniquement parce qu'elles s'auto-censurent. Ce testing démontre qu'une véritable discrimination est à l'oeuvre envers leur candidature, quand bien même elles tenteraient d'y accéder. A noter également que cette étude ne prend pas en compte les discriminations subies par les femmes racisées.

En attendant, le travail n'est pas terminé. Maintenant que les résultats sont mis à jour, la Fondation des femmes confirme à LCI que des plaintes sont envisagées contre les entreprises ayant potentiellement commis une discrimination en raison du genre. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent