Chien volé au SDF roumain : l’animal a été rendu à son propriétaire

SOCIÉTÉ

INFO METRONEWS - Le sans-abri roumain violenté par des activistes de la cause animale au mois de septembre s’est vu restituer son chien ce jeudi, des mains des policiers. L'enquête est en cours, en vue d'un prochain procès.

Les retrouvailles étaient attendues. Ce jeudi 15 octobre, Iulian Vaduva, le SDF roumain du quartier des Halles à Paris, a retrouvé le chien qui lui avait été violemment retiré par l’association Cause Animale Nord (CAN). La restitution s’est déroulée aux alentours de 16 heures, dans les locaux de la police judiciaire du 1er arrondissement, a pu constater metronews sur place.

Très ému, le sans-abri de 59 ans est sorti du commissariat en serrant la petite chienne dans ses bras. "Je suis heureux, je remercie tous ceux qui m'ont aidé. J'ai eu beaucoup de peine pendant dix jours", nous explique-t-il. Dans la rue, un jeune garçon se retourne sur lui et lance : "Dis donc, vous avez retrouvé votre chien !" C'est que dans le quartier, Iulian et sa chienne Linda sont à présent bien connus. Pris en charge par des associations, le SDF bénéficie à présent d'une domiciliation juridique pour recevoir son courrier. Mais ce jeudi soir, comme tous les soirs depuis trois mois, il dormira dehors.

Un procès en vue

Son avocat à titre gracieux, David Sudan, ne compte pas en rester là. "Ma priorité, c'était de récupérer la chienne. Mais un procès aura bien lieu. Outre l'association Cause Animale Nord, je souhaite que madame Evelyne Lombardi, la dame blonde à l'origine de l'action qu'on peut voir sur la vidéo , soit confrontée à la justice", nous confie-t-il.

L'enquête ouverte pour "vol avec violences en réunion" est donc toujours en cours. "Je souhaite une décision forte, reprend l'avocat. Ce n'est pas qu'une simple affaire de vol de chien. On ne peut pas agir au faciès sous prétexte qu'on croit à un trafic de chien, de surcroit sans en informer la justice." Anthony Blanchard, président de l'association CAN, confiait en effet à metronews peu de temps après la diffusion de la vidéo que selon lui, "la chienne était droguée" et "sans documents légaux".

A LIRE AUSSI >> Quand l'extrême droite récupère la cause des animaux

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter