Christelle Blétry : comment son meurtrier a été confondu, 18 ans après

Christelle Blétry : comment son meurtrier a été confondu, 18 ans après

ENQUETE - Depuis 1996, le dossier des "disparues de l'A6" n'a jamais été clôturé. Jusqu'à ce que les policiers finissent par interpeller mardi un suspect, qui vient d'avouer le meurtre de Christelle Blétry. Comment l'enquête a-t-elle été relancée ?

Il aura fallu 18 ans d'acharnement de la part des enquêteurs. L'homme arrêté cette semaine pour le meurtre d'une des "disparues de l'A6", fin 1996 en Saône-et-Loire, a finalement avoué le crime. Il avait été confondu récemment par de nouvelles expertises ADN, dont les progrès ont permis d'identifier le profil génétique du tueur. Cet ouvrier agricole de 56 ans, père de deux enfants, a été interpellé mardi à son domicile de Retjons, près de Mont-de-Marsan dans les Landes. Après avoir nié les faits dans un premier temps, il les a finalement reconnus en garde à vue, selon le procureur de la République à Chalon-sur-Saône, Christophe Rode.

Le suspect a été mis en examen et écroué jeudi pour le meurtre de Christelle Blétry , 20 ans, dont le corps avait été retrouvé le 28 décembre 1996 à Blanzy, près de Montceau-les-Mines, lardé de 123 coups de couteau. Jusqu'à cette semaine, cet homme n'était "jamais apparu à aucun moment dans l'enquête", a précisé vendredi le directeur interrégional de la police judiciaire de Dijon, Paul Montmartin, lors d'une conférence de presse.

La piste d'un tueur en série

Comment les enquêteurs ont-ils donc pu remonter jusqu'à lui ? Depuis 1996, "le dossier n'a jamais été clôturé", "les faits n'ont jamais été prescrits" et "les investigations n'ont jamais cessé", a souligné le procureur. En 18 ans, elles ont donné lieu à des centaines de procès-verbaux, 150 auditions dont une quinzaine de suspects et plusieurs expertises génétiques. Sans succès jusqu'alors.

Ce dossier s'inscrivant dans celui des "disparues de l'A6", un ensemble d'affaires non résolues dans la région - quatorze jeunes femmes retrouvées mortes ou disparues entre 1986 et 1997 - la piste d'un tueur en série a également été explorée, des vérifications étant faites sur l'emploi du temps de Michel Fourniret notamment.

Des analyses ADN relancées en 2014

En 2014, le juge d'instruction et la PJ ont décidé de relancer des analyses ADN en reprenant l'intégralité des scellés, notamment le pantalon et la culotte de la victime. Grâce à l'évolution des techniques, le nombre de cellules nécessaires pour établir un profil fiable a beaucoup diminué (une seule peut suffire à déceler des empreintes), même sur des scellés anciens s'ils sont bien conservés.

Un laboratoire y est parvenu et le profil trouvé sur les vêtements a été comparé à ceux du fichier national des empreintes génétiques. "Et c'est là que tout récemment on a été certain qu'il correspondait à quelqu'un fiché depuis 2004", a expliqué le procureur. En l'occurrence, un homme condamné en 2004 à Chalon à deux ans de prison, dont un avec sursis et mise à l'épreuve, pour tentative d'agression sexuelle sous la menace d'un couteau. Qui vivait en Saône-et-Loire au moment du meurtre de Christelle Blétry. Et n'avait jamais fait parler de lui.

Un vie normale

Il passe six mois derrière les barreaux, quitte la région et refait sa vie sans difficulté, selon les enquêteurs. "C'est quelqu'un qui a réussi à cliver complètement son existence, à mener une vie normale. Aucun indice ne laissait supposer qu'il avait commis un meurtre en 96", a déclaré le procureur. Lui-même ayant semble-t-il "totalement occulté les faits".

Le suspect dit avoir été sous l'emprise de stupéfiants le soir du drame. Alors qu'il rentrait chez lui en voiture, il aurait croisé la jeune femme qui rentrait à pied de chez des amis. Il l'aurait forcée à monter, avant qu'elle ne prenne la fuite. Muni d'un couteau, il l'aurait rattrapée en courant puis poignardée à de multiples reprises.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Vaccins : les pays pauvres du programme Covax espèrent 250 millions de doses rapidement

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 8e, après une belle journée en argent

Quarantaine pour les Français vaccinés en Angleterre : Beaune juge la mesure "discriminatoire"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.