Christian Estrosi en Israël : le voyage qui fait grincer des dents

Christian Estrosi en Israël : le voyage qui fait grincer des dents
SOCIÉTÉ

POLÉMIQUE - Christian Estrosi, le président de la région PACA, s'est attiré les foudres de plusieurs élus de l'opposition. En cause : l'annonce de son déplacement en Israël quelques heures après la résolution adoptée à l'ONU contre la colonisation israélienne et le financement du voyage.

C'est un déplacement qui passe mal. Le 25 décembre dernier, le président de la région Provence-Alpes Côtes d'Azur (PACA) et premier adjoint à la mairie de Nice Christian Estrosi a annoncé sur Twitter qu’il s’apprêtait à se rendre en Israël auprès du Premier ministre Benjamin Netanyahu. La raison évoquée : il souhaite lui "témoigner son soutien" après la résolution adoptée vendredi à l'ONU contre la colonisation israélienne. 

Face au tollé, Christian Estrosi s'est ensuite justifié dans les colonnes de Nice Matin, affirmant que le voyage "était organisé depuis un mois". Le service de presse de la mairie de Nice ajoute qu'il avait "des rendez-vous avec un cabinet d'audit sur des questions de sécurité ou devait planter des arbres en hommage aux victimes des attentats du 14 juillet".  Trop tard. L'annonce fait rapidement grincer des dents les élus de l'opposition tels que Patrick Allemand. Dans un message posté sur Facebook, il dénonce "un déplacement injustifiable". "Utiliser l'argent du contribuable pour financer un déplacement qui s'inscrit en totale contradiction avec la position diplomatique de la France sur ce dossier très sensible est "inacceptable", s'agace-t-il. 

En juin 2014 déjà, Christian Estrosi avait apporté son soutien au Premier ministre israélien. En visite en Terre promise, il avait "en homme libre", témoigné "toute sa solidarité à l’Etat d’Israël". 

Mais outre la raison de ce nouveau déplacement, c'est le financement du voyage qui est vivement critiqué par plusieurs élus de l'opposition.

Lire aussi

Un déplacement "en partie" payé par la métropole

Selon Ellen Salvi, journaliste à Mediapart, le déplacement de Christian Estrosi a été "payé par la métropole Nice-Côte d'Azur". Une information partiellement confirmée par le service de presse de la ville de Nice, qui gère également la métrople, qui se contente de dire "qu'une partie du déplacement" a été réglée par cette dernière.  Et de se justifier : "Quand un responsable d’une collectivité est invité à aller planter des arbres en hommage aux victimes des attentats de Nice ou à aller rencontrer le Premier ministre d’un Etat étranger, il ne me semble pas illogique que ce déplacement soit payé par la collectivité".

Jean-Christophe Picard, président d'Anticor et membre du Conseil communal consultatif de Nice, est particulièrement remonté. Selon lui, ce déplacement n'est ni plus ni moins que "des vacances aux frais du contribuable, d'ailleurs Christian Estrosi était accompagné de sa femme". Il n'hésite pas non plus à dénoncer les jumelages de Nice avec "une trentaine" d'autres villes dans le monde. Et de s'alarmer : "Nous n'avons pas de visibilité sur la composition des délégations, ni sur le bilan, ni sur les cadeaux faits, ni sur les déplacements. Contacté par LCI, la région PACA n'avait pas encore répondu à nos sollicitations ce jeudi soir.

En vidéo

VIDEO ARCHIVES - Christian Estrosi officiellement élu président de la région PACA

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent